Le Mouvement de la Ruralité ne pouvait que réagir à la dernière provocation de Brigitte Bardot et de s’insurger sur sa campagne de publicité contre les chasseurs.

Une nouvelle fois, la présidente de la Fondation fait parler d’elle par ses outrances, ses propos à caractère haineux, voire racial...

Le Mouvement de la ruralité en appelle au garde des Sceaux dans un courrier (lire la lettre) pour évaluer les propositions soulevées par les avocats du Mouvement et faire retirer au plus vite cette campagne d’affichage nauséabonde et irrespectueuse pour les pratiquants d’une activité légale.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Au pays de Pagnol, il est des histoires qui pourraient prêter à sourire, sauf si la santé des hommes et des animaux n’en était comptée. Ainsi, en a décidé le TGI de Montpellier quand elle ordonne la destruction de sept éoliennes à Lunas afin de protéger des rapaces, notamment dans le cas d’une menace vitale pour un couple d’aigle royal.

Ainsi, après plus de 10 années de procédure judiciaire la décision finale vient acter le clap de fin pour ce parc éolien ! Évidemment Le Mouvement de la Ruralité s’en réjouit, mais comment ne pas être révolté en pensant à tous les malades victimes des éoliennes, aux parents dans le désarroi face à des cancers pédiatriques inexpliqués et à tous les éleveurs qui subissent des milliers de mortalités animales dans d’atroces souffrances et vivent dans un enfer sanitaire au quotidien.

Y aurait-il donc une nouvelle justice ? Celle qui s’applique rapidement et en priorité pour des animaux sauvages, mais qui ne s’intéresserait pas aux conditions de vie des hommes et des animaux domestiques. Outrageant et désespérant ! Le politique a failli et la justice des hommes tarde à prendre la dimension de ce scandale d’État.

Le Mouvement de la Ruralité continuera à solliciter les plus hautes juridictions afin que justice soit rendue et qu’un moratoire soit mis en place rapidement pour un indispensable principe de précaution.    

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)

Les Verts alliés à l'extrême gauche lyonnaise et certains socialistes n'ont rien trouvé de mieux que d'imposer leur idéologie par le biais de repas sans viande dans les cantines scolaires de la capitale des Gones et du patrimoine de la gastronomie.

Le Mouvement de la Ruralité (LMR) apporte son soutien aux agriculteurs en colère face au sectarisme politique à la sauce végan lyonnaise. La région Auvergne-Rhône-Alpes, riche de ses élevages de qualité en circuits courts, offre une sécurité alimentaire qui assure 27 millions de repas aux lycéens dans les établissements scolaires, ce qui va à l’encontre de la pensée dogmatique des élus EELV qui bafouent la démocratique puisqu’aucune consultation des parents d'élèves n'a eu lieu.

Cette récente dictature verte issue des urnes vient interdire la pêche au vif à Paris, Grenoble et Montpellier, ou la chasse à Montpellier. Interdictions auxquelles on peut rajouter l'interdiction du Sapin de Noël à Bordeaux, etc.

Nous sommes là, face à des associations extrémistes qui agissent bien souvent dans l'illégalité à l'encontre des éleveurs, des commerçants, bouchers, charcutiers et qui dictent la politique communale, en imposant des décisions propres à satisfaire leur électorat.

Nos cantines scolaires ne doivent pas devenir le lieu de privation d'une gastronomie variée et équilibrée inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité sous la pression verte végan ou identitaire religieuse.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Suite à la publication du rapport ministériel sur l’état des élevages à proximité du parc éolien des Quatre Seigneurs en Loire-Atlantique, le Mouvement de la ruralité demande, par la voie de son avocat, maître Fabrice Di Vizio l’arrêt immédiat du parc éolien par un dépôt ce vendredi 12 février d’un référé mesure utile au tribunal administratif de Nantes.

Dans son rapport, la mission reconnaît la concomitance des troubles dans les élevages depuis la construction du parc éolien. Or, les troubles indiqués dépassent les 500 vaches mortes. La mission relève également qu'elle a été saisie d'informations sur des problèmes sanitaires humains. Les auteurs rajoutent que la problématique humaine n'a pas été traitée, car il manquait le ministère de la Santé comme composante à la mission. Une absence inconcevable pour LMR alors, que les services de l’État et de l’ARS avaient été saisis par les habitants, ce que mentionne le rapport.

Face aux troubles et à leurs conséquences, il y a urgence à agir. Madame Bouvet voit son cheptel réduit par les mortalités, les pathologies sanitaires et autres nuisances subies, auxquelles il faut rajouter sa santé qui se dégrade de jour en jour, comme celle des riverains.

Dans cette situation de maltraitance animale, il n'est pas concevable, après la constatation des faits et sa déclinaison ministérielle par ledit rapport, qu'il n'y ait pas d’ordonnance préfectorale pour un arrêt immédiat du parc éolien, de l'ensemble des alimentations électriques et du gel de tous les travaux d'ordre électrique, géologique sur l'ensemble du réseau et de la zone concernée.

Le Mouvement de la Ruralité trouve scandaleux qu'au lendemain de la publication du rapport, des entreprises viennent intervenir sur le réseau électrique et remplacer des transformateurs alors qu'une enquête est en cours !

Souffrance animale, souffrance et santé humaine, dissimulation de preuve de causalité, sont autant d’éléments qui imposent par voie de justice l'arrêt immédiat du parc des Quatre Seigneurs !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Le Mouvement de la ruralité considère que la publication du rapport ministériel sur l’état des élevages à proximité du parc des quatre Seigneurs impose son arrêt pour principe de précaution.

Le rapport CGEDD et CGAAER (lire le document) dispose pour la première fois de faits établis concernant des problèmes évidents sur les élevages bovins et nécessitant une étude avec un arrêt du parc pour dix jours.

Ce rapport renforce l’urgence à stopper ce parc éolien et confirme le choix d’une plainte déposée par LMR devant la Cour de Justice de la République (CJR), concernant le Premier ministre et trois ministres dans ce dossier.

Il y a là manifestement un manquement à agir du ministère de la Santé puisque ce rapport fait état de nombreuses sollicitations en matière de santé humaine et qu’à aucun moment les deux ministères, concernés par ledit rapport, saisis par les nombreux témoignages sur des enjeux de santé humaine n’a débouché sur une saisine de sa part. Ces témoignages avaient pourtant été portés à la connaissance du préfet de la Loire-Atlantique et de l’Agence de santé Régionale (ARS).

LMR juge également indécent et condamnable d’avoir occulté la santé humaine dans ce rapport qui analyse exclusivement les problèmes sanitaires sur les animaux d’élevage.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)