Le samedi 13 novembre 2021, le Conseil national du Mouvement de la Ruralité (LMR), réuni à Paris, a acté à l’unanimité de ses membres présents sa ligne politique pour les prochaines échéances électorales.
Fort de ses très bons résultats aux dernières élections régionales en Nouvelle-Aquitaine, devançant dans de nombreux territoires ruraux les grands partis traditionnels, faisant mieux que LFI et LO au niveau régional et faisant mentir les commentateurs de la vie politique et les sondages, LMR s’engage résolument vers l’avenir.

Le Conseil national a acté à l’unanimité de ses membres présents :

  • la coprésidence du groupe des jeunes pour la France Rurale avec Clémence Rousseau et Guillaume Forquet de Dorme. Ils seront en charge de la dynamique jeunes pour le Mouvement de la ruralité.
  • la création du groupe agricole avec une coprésidence avec Marie-France Dabert et Manuel Launoy étoffée par de nombreux responsables agricoles répartis sur l'ensemble de la France comme Catherine Laillé, Séverine Besson et Amélie Rebière.

Avec une forte dynamique de sa représentation dans tous les territoires, Le Mouvement de la Ruralité va peser sur l’élection présidentielle en étant force de proposition pour la France rurale.

LMR invitera tous les candidats à la présidentielle à venir signer les 30 engagements pour la ruralité lors d’une réunion à Paris début 2022. Par la suite, LMR rendra compte publiquement des signatures, accompagné d’une analyse détaillée des engagements signés par les différents candidats.

LMR s’engagera aux élections législatives sur toutes les circonscriptions de France pour asseoir sa représentativité et s’inscrire dans la continuité.

Outre les circonscriptions symboliques où LMR s’engagera pour peser électoralement contre les députés sortants signataires du RIP, les députés animalistes, antichasse et antispécistes comme Loïc Dombreval, Éric Diart et bien d’autres, l’objectif sera d’avoir les premiers députés du Mouvement de la Ruralité à l’Assemblée nationale et de représenter une force de proposition et de défense de la France rurale.

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)

Le gouvernement n’en rêvait pas, mais il l’aura… le retour des gilets jaunes. Ceux de la première heure, les impactés de la hausse des carburants et de la perte du pouvoir d’achat.

Jean Castex et Bruno Le Maire n’ont toujours pas compris. Ils choisissent la fausse bonne solution avec le chèque carburant. Une mesure injuste qui laissera de nombreuses familles au bord du chemin.

L’État dispendieux se gave de taxes en tous genres. Celles sur les carburants en sont le premier exemple puisqu'elles pèsent plus de 40%, pour atteindre 86 % avec la TVA, sur le prix payé à la pompe !

Le pire, c'est que les ruraux, sans autre choix que de devoir utiliser leur voiture, sont les premiers impactés par l'actuelle hausse record du carburant et subissent de plus la disparition des services publics.

Ajouté à cela l'augmentation du gaz, celle de l'électricité due à la mauvaise politique énergétique de la France orientée par dogmatisme vers les énergies renouvelables coûteuses, inefficaces, et impactantes pour les ruraux, c'est la double peine assurée !

Pendant ce temps, l’armée dans certaines régions se fait livrer du carburant d’Espagne, tant il est vrai que le précieux combustible coûte nettement moins cher chez nos voisins ibériques, alors que le prix du baril est le même pour eux !

La colère gronde, Paris et ses énarques politiciens qui ne font plus le plein de leur véhicule depuis longtemps, qui ne comptent pas les centimes à la fin du mois, feraient bien de prendre conscience de la tension qui monte, car la fin de l’année pourrait revoir rejaunir les ronds-points de la France en colère.

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Dorénavant l’épée de Damoclès plane sur les produits dérivés aux senteurs de la Provence. Sous l’égide de l’évolution de la directive Reach, l’Europe pointe son glaive sur les plantes aromatiques, fleurons des savoir-faire français, à l’image de l’inscription en 2018 de la pratique de la culture de la lavande dans les Hautes Alpes au patrimoine immatériel de l’UNESCO.

Le Mouvement de la Ruralité s’inquiète d’une nouvelle réglementation européenne qui viserait à interdire telle ou telle molécule et qui conduirait à classer ces produits naturels comme dangereux pour la santé, et à les remplacer par des molécules de synthèse. Interdits le miel de lavande, le nougat de Montélimar, les huiles essentielles de thym, romarins et sauge que l'on retrouve dans l'aromathérapie, les infusions, les parfums, les savons… !

La seule filière lavande en France pèse plusieurs milliards d’euros de chiffres d’affaires et représente 2.500 producteurs, 130 distilleries, et 300 entreprises dans la parfumerie, la cosmétique, l'aromathérapie.

Le Mouvement de la Ruralité soutient l’action des lavandiculteurs et autres professionnels visant à alerter les politiques et l'opinion publique afin d'empêcher le classement de leur production en produits chimiques, et ainsi préserver un écosystème emblématique du sud-est de la France.

LMR appelle les citoyens à soutenir massivement la pétition en ligne, lancée le 26 juillet 2021 par l’union des professionnels de la filière Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales (PPAM) "contre la disparition des huiles essentielles et des produits naturels", à l'adresse de la Commission européenne.

Signer la pétition ici

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)

La page des élections régionales et départementales vient de se tourner. Nous pouvons commencer l’heure du bilan des grandes lignes dans un premier temps et dans un second nous affinerons les résultats plus en détail.

Le résultat obtenu au premier tour de la liste « Le Mouvement de la ruralité, résistons avec Jean Lassalle » en Nouvelle-Aquitaine est une véritable satisfaction et une surprise pour les observateurs politiques. Il faut dire qu’avec une armée de sondeurs jouant contre notre formation, publiant des intentions de vote à 2%, pourcentage pris pour argent comptant par les journalistes de la presse écrite, radiophonique et télévisuelle à longueur de journée, il y avait là, toutes les raisons de démotiver le moindre électeur, considérant qu’à 2% on n’allait rien peser dans ces élections. De même, on peut dénoncer un véritable déni de démocratie devant l’exclusion à certains débats et aux grands articles égalitaires avec les autres candidats dans le journal Sud Ouest sur la base de ces sondages. Voilà, chers amis, comment on influe sur le cours d’une campagne électorale !
Pourtant, avec ces fauteurs de troubles, nous avons fait mentir les sondages. Nous avons fait plus fort que LFI de Mélanchon et sa tête de liste Clémence Guetté, qui elle, était invitée aux différents débats. Au final, c'est incroyable pied de nez à la démocratie de voir les 104.000 voix de notre liste non représentées à la Région par la faute d'un mode de scrutin défavorable et qui pénalise une fois de plus la ruralité. Comment après de telles aberrations démocratiques, ne pas encourager l’abstention !

Dans d’autres régions, nous avons eu quelques élus et nous les en félicitons :

  • en Auvergne-Rhône-Alpes, sont élus Marie-France Dabert et Christophe Fournier,
  • en Normandie, Pascal Marie,
  • en région Sud, Jean-Paul David.

À noter quelques candidats à la porte de l’élection et qui peuvent suivant les démissions et autres aléas de la vie politique accéder au poste de conseiller régional.

Dans tous les départements nos scores en milieu rural ont explosé au grand jour, mieux, dans plusieurs départements nous devançons Les Républicains et LREM avec des communes où nous arrivons en tête ! Incroyable situation et belle performance pour ceux qui ne devaient faire que 2% face aux chouchous des sondages.

Pour les départementales, les résultats sont en demi-teinte, nous avons malheureusement perdu sur deux cantons où nous étions sortants. Outre la réélection de Benoît Desenlis dans le Gers, nous avons eu de belles surprises comme avec Jean-François Nativel sur le 19ème canton de la Réunion et Sébastien Lys comme suppléant en Charente-Maritime.
Pour d’autres la bataille aura été rude, les scores intéressants, certes la réussite n’aura malheureusement pas été au bout de l’engagement pour Martine Aury (85), Sonia Colemyn (33),  Kévin Grenot (88), Jordan Grosse-Cruciani (88), Jérôme Prémartin (72), Michel Rezk (83).

Nous félicitons toutes celles et tous ceux qui ont porté les couleurs et les valeurs du Mouvement de la Ruralité. Votre engagement a honoré notre famille politique et le monde rural en général. Certains résultats sont très prometteurs et ils augurent des lendemains qui chantent et qui porteront notre Mouvement sur le long terme avec la possibilité de se fixer des objectifs.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Voter oui, mais voter pour qui ? C’est sans doute pour ne pas avoir trouvé la réponse à cette question que l’abstention s’est autant manifestée !

Notre jeune parti politique a l’ambition de donner la parole aux ruraux et à la ruralité si longtemps ringardisés. Nous souhaitons rétablir le dialogue entre les citadins et les gens de la campagne… Notre ambition est de redonner de l’espoir et de la fierté aux ruraux.

Selon le comité interministériel aux ruralités, les ruraux représentent 21 millions de Français (soit près du tiers de la population) résident dans 18.777 communes peu denses et 12.012 communes très peu denses (soit près de 87% des communes pour les deux catégories).

Par ailleurs, la pandémie Covid a mis en évidence l’intérêt des urbains pour la campagne, ce phénomène souvent décrit sous le terme de l’arrivée des « Néo-ruraux ».

Face aux enjeux dans ces territoires, nous voulons être le gardien des modes de vie de nos campagnes. Nous sommes force de propositions et d’initiatives pour un meilleur équilibre entre ville et campagne.

"Je connais Xavier Bertrand depuis longtemps et j’ai pu mesurer sur la durée son attachement aux valeurs que nous chasseurs, pêcheurs, paysans et que tous les ruraux dans leur ensemble portent. Avec Xavier Bertrand, les ruraux auront droit à la parole et elle sera défendue !"
Eddie Puyjalon, Président national du mouvement de la ruralité

Le Mouvement de la ruralité qui défend nos modes de vie n’a pas présenté de liste en Hauts-de-France pour les régionales de 2021. Mais, il entend faire savoir à ces nombreux sympathisants qu’il soutient Xavier Bertrand et son équipe pour le secont tour, dimanche 27 juin 2021.

Il fait partie de ces hommes politiques qui, avant l’heure, ont eu le courage politique de faire confiance aux ruraux en partageant notre vision de la ruralité. Il milite comme nous pour le bien vivre ensemble dans les valeurs de notre histoire, de nos traditions et pour le choix des ruraux de pouvoir garder leur mode de vie.

Ensemble, nous parlons de bon sens et de ruralité,
Ensemble, nous nous battons pour un aménagement équilibré entre la ville et le village,
Ensemble, nous souhaitons sauvegarder et reconquérir la biodiversité,
Ensemble, nous souhaitons offrir aux habitants des Hauts-de-France un cadre de vie meilleur.

Bien plus qu’un simple soutien, c’est un appel au vote pour Xavier Bertrand. Notre engagement à ses côtés lui permettra d’avoir un allié de choix. Il ne suffit plus d’être élu, il faut devenir un élu engagé pour le territoire ce à quoi nous veillerons !

Contact relation presse LMR Hauts-de-France : Bernard Borel 06.10.87.83.21

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)