Le Mouvement de la Ruralité dénonce l’idéologie abjecte qui, sous couvert d’un jeu éducatif pour la connaissance de la nature à travers les grands prédateurs (Défi Nature "Animaux redoutables"), stigmatise les hommes, l’agriculture et l’industrie aux yeux des enfants.

Un jeu de fabrication française qui flirte avec l’antispécisme, proposant une dialectique bien-pensante envers les grands carnivores comme le tigre de Sumatra, mais condamnant l’homme comme un redoutable prédateur au premier rang desquels les chasseurs et les pêcheurs, stigmatisant de surcroît l’agriculture, l’industrie et les transports.

La photo représentant l’homme au travers d’un pêcheur à l’épervier est dégradante pour ces hommes et ces femmes dont la survie passe par cette technique de pêche et qui ne mettent en aucune façon la biodiversité en danger.

Grâce à l'homo sapiens, au peuple des chasseurs pêcheurs cueilleur, l’homme a pu se développer et construire notre société moderne. Si les excès sont toujours condamnables, il n’en est pas moins vrai que l’agriculture a apporté aux hommes l’accès à une alimentation disponible et l’industrie comme les transports à une modernité aux services de l’humanité.

Le Mouvement de la Ruralité invite à boycotter ce jeu, ou au cas échéant à supprimer la carte Homo Sapiens du jeu et à la retourner au siège de BioViva France à Montpellier en leur signifiant un mécontentement !

Ecrire un commentaire (2 Commentaires)

La Cour d'Appel de Chambéry a rendu son arrêt dans le conflit entre propriétaire de 2 coqs et un couple à Saint Sylvestre en Haute-Savoie. En 2019 le Tribunal d'Instance d'Annecy avait très lourdement condamné le propriétaire à 3.000€ de dommages et intérêts et 1.200 € de frais de justice à verser à la partie adverse pour les troubles de voisinage.

LMR s'est mobilisé et a demandé au Maire de la commune de Saint-Sylvestre de prendre un arrêté pour protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises dans sa commune, ce qui fut accepté et plébiscité par la population savoyarde, par une pétition regroupant plus de 21.000 signatures en peu de temps.

Le 28 septembre 2021 la seconde mi-temps s'engageait devant la Cour d'Appel de Chambéry où LMR était présent, suscitant par ailleurs l'intérêt des médias locaux, mais également ceux venus de Suisse.

La mobilisation ne fut pas vaine puisque le 9 décembre, l'arrêt de la Cour d'Appel relaxait l’heureux propriétaire des gallinacés et condamnait le couple plaignant à payer l'intégralité des frais de justice, et octroyait de surcroît, 2.000 € de dommages et intérêts au propriétaire.

Daniel Beauquis (propriétaire des coqs) - Bernard Pontanier - Pascal Pointud (LMR Auvergne-Rhône-alpes)

Daniel Beauquis (propriétaire des coqs) - Bernard Pontanier - Pascal Pointud (LMR Auvergne-Rhône-alpes)

L'histoire ne dira pas si pour fêter cette belle victoire judiciaire, les vainqueurs se réuniront autour d'un... coq au vin, mais la France rurale et le Mouvement de la ruralité savourent en cette belle victoire la légitimité du chant libre de l’emblème de la France !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Face au scandale sanitaire et environnemental perdurant depuis plus de dix ans autour du Parc éolien des 4 Seigneurs sur la commune de Nozay, le Mouvement de la ruralité, après avoir déposé plainte devant la Cour de Justice de la République, continue le combat pour rendre justice aux éleveurs impactés, aux habitants malades et à un environnement contaminé.

La situation n’a que trop perduré. Les différents ministères et les autorités d’État sont restés depuis trop longtemps passifs devant la souffrance animale, les maladies humaines et la contamination des territoires dans la zone du parc éolien des 4 Seigneurs.

Nous sommes face à un scandale d’État ! LMR dénonce l’absence du ministère de la Santé dans les dernières études ministérielles engagées localement, alors que les habitants parlaient de leurs problèmes de santé !  De plus, ledit rapport ministériel fait état d’un problème sur les élevages, mais rien n’a été acté pour établir les liens de causalités ! Des animaux morts, des habitants et des enfants malades, mais rien n’est décidé par l’autorité préfectorale. Or, les installations classées ICPE doivent être sous la surveillance des Préfets et ils ont le pouvoir de mise en demeure d’arrêter le fonctionnement des machines. Dans d’autres départements et pour moins de problèmes, l’autorité préfectorale à fait stopper les éoliennes !  Il y a donc, localement, le poids de du gouvernement qui traîne et fait tout pour ne pas faire aboutir les liens de causalités.

Aujourd’hui, l’annonce du tribunal de Nantes qui confirme le lancement d’une expertise judiciaire suite au recours de l’éleveur Didier Potiron est une bonne nouvelle. D’autres dépôts de plainte sont en cours et ils seront encore plus forts et plus étayés par l’avancée des connaissances.

Aussi, face au laxisme d’État, Le Mouvement de la Ruralité vient d’adresser un courrier au Préfet de région afin de l’alerter sur l’urgence sanitaire et environnementale dont il a la charge (lire la lettre). Le récent jugement du tribunal de Toulouse sur le syndrome éolien doit éclairer les prises de décisions du Préfet de région.

LMR continuera son juste combat pour rétablir dans leur droit les victimes de l’éolien et notamment les éleveurs et les habitants riverains du parc des 4 seigneurs.  

Ecrire un commentaire (2 Commentaires)

Le 30 septembre 2020, l’association militante antispéciste L214 avait diffusé une vidéo choc suite à une intrusion dans un élevage de lapins en Bretagne.

Cette association bénéficie de nombreux dons privés, mais également d’une participation de  l’Open Philanthropy Project. Pour la seconde fois, la fondation américaine alloue une subvention de 1 228 000 € à l’association L-214 pour œuvrer pour le bien-être animal notamment dans l’élevage des poulets de chair en France.    Or, cette dernière est une organisation américaine qui finance également le développement de la viande artificielle. Sous couvert de sensiblerie et de bien-être animal, la finalité sonne faux…

Dénoncer d’un côté les conditions d’élevage pour mieux proposer une alternative de « fausse viande » sans souffrance animale… Mais l’influence et le pouvoir étant proportionnels au budget il serait naïf de la part du monde agricole d’ignorer ces attaques de plus en plus violentes.Une plainte avait ainsi été déposée suite à une énième intrusion en toute impunité de l’association animaliste.

Contre toute attente, l’exploitant agricole a pu obtenir réparation, faisant condamner L214 par la cour d’appel de Rennes le 30 novembre. Ce jugement inespéré après de trop longues années de harcèlement dans nos élevages français signera la fin des méthodes de propagande de cette association qui se réfugiait sous la liberté de la presse.

Certes une bataille vient-être gagnée, mais le combat s’annonce rude puisque l’avocate de L214 n’est autre que Hélène Thouy, candidate à la présidentielle pour le parti animaliste.

Ce parti créé en 2016 milite pour le droit des animaux avec entre autres l’interdiction de la chasse mais aussi des élevages fermés…Nous ne pouvons cautionner cette montée de l’extrémisme antispéciste et le Mouvement de la Ruralité demande au gouvernement de s’inspirer du modèle australien qui, depuis décembre 2020, annihile les avantages fiscaux de ces associations si leurs militants sont reconnus coupables d’intrusion, d’intimidation ou de harcèlement …

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Madame la substitut du procureur de Foix, Léa Filippi, a confondu vitesse et précipitation en convoquant hier une conférence de presse pour accuser la victime d'une attaque par un ours de "destruction d'une espèce protégée et chasse illégale dans une réserve"

Madame la substitut du procureur de Foix aurait dû s'informer auprès des services de la préfecture de l'Ariège, auprès du directeur de l'ONF ou auprès du directeur de l'OFB de l'Ariège de la légalité de cette action de chasse. Si elle avait fait son travail sérieusement et sans a priori, elle aurait découvert l'arrêté préfectoral 2021-05-10 relatif à l’ouverture et à la clôture de la chasse pour la campagne 2021-2022 dans le département de l’Ariège (lire le document).

Madame la substitut du procureur de Foix, n'a pas daigné s'informer auprès du président de la Fédération départementale de Chasse de l'Ariège qui a toujours défendu la légalité de cette action de chasse dans le respect de l'arrêté pré-cité.

Il est malheureux, dans cette triste histoire, que la presse se soit emballée sans vérifier aucune information. À croire que la Charte du Journalisme n’est plus une valeur morale dans ce pays.

La chasse dans cette réserve est un acte légal réglementé tous les ans par un arrêté, reconduit tous les ans et à la demande de l'ONF (lire l'arrété 2020-2021)

Le Mouvement de la Ruralité dénonce ces graves manquements à la rigueur qu’exige la conduite de la justice et du journalisme. Un homme a été grièvement blessé et a été contraint de tuer une ourse en état de légitime défense. Il n’est pas acceptable que la justice et les médias cèdent au dogmatisme de l’écologie radicale et tentent d'incriminer une victime parfaitement dans son droit et aujourd’hui en souffrance.

LMR demande au garde des Sceaux de recadrer la substitut du procureur afin d'en faire un exemple du bon fonctionnement de la justice.

Ecrire un commentaire (10 Commentaires)