Le Mouvement de la Ruralité ne peut qu’être désespéré face à l’étendue des incendies et ses lourdes conséquences. Désespéré pour les habitants, l’environnement et l’économie locale qui payent un lourd tribut dans ces sinistres.

Heureusement, nous pouvons compter sur le dévouement des forces d’incendies et de secours et sur l’engagement des habitants, des agriculteurs et des forestiers pour l’aide morale, matérielle et opérationnelle apportée aux pompiers.  

Pour autant, LMR reste écœuré par les atermoiements de certains responsables politiques qui aujourd’hui appellent à plus de moyens, alors qu’en 2013, déjà face aux incendies, CPNT demandait le positionnement de deux Canadairs bombardiers d’eau sur Mérignac (rappel du communiqué CPNT 33 du 23 mai 2013). Ce n’était que le résultat des constatations de terrain, des sylviculteurs et des pompiers, car chacun d’eux considérait que l’urgence restait de traiter les départs d’incendie dans les plus brefs délais et avec des moyens appropriés. Proposition d’autant plus judicieuse que tous les massifs ne sont pas accessibles rapidement par les pistes. Rien n’aura été tiré de cette situation et les moyens d’interventions aériens n’auront pas été positionnés sur la Gironde.  

La seconde erreur vient de la dérive dogmatique des écologistes qui contribue aujourd’hui à favoriser de nombreux incendies, à des pertes colossales de biodiversité et à la mise en danger des populations.  L’année dernière dans le Var, c’était la directrice du parc régional de la plaine des Maures qui avait refusé le pastoralisme et toutes formes de débroussaillement ainsi que les entraînements des services de lutte contre les incendies au nom de la biodiversité, allant même jusqu’à traduire devant les tribunaux les agents de l’ONF. Le résultat, nous le connaissons : un incendie ravageur qui détruisit toute la biodiversité et mobilisa le SDIS dans des conditions périlleuses avec de lourdes conséquences environnementales, mais aussi humaines avec deux victimes. Aujourd’hui, dans la forêt usagère de La Teste-de-Busch, c’est aussi le dogmatisme des écologistes qui, au nom de la biodiversité, refusaient l’entretien et les coupes nécessaires afin d’assurer la protection des biens et des personnes.

Le Mouvement de la Ruralité demande pourquoi la décision de positionnement des deux Canadairs à Mérignac durant la saison à risque n’a pas été prise depuis les incendies de 2013. Il réitère ses demandes de juin 2013 pour qu’une force aérienne soit positionnée sur Mérignac.  

Enfin, LMR demande l’arrêt de la surenchère des politiques vertes avec le fauchage des bordures de routes et la mise en place des aménagements souhaités par les forestiers, les services d’incendie et de secours et les COFOR (association des communes forestières) qui savent mieux que quiconque quels moyens adopter pour sécuriser les massifs forestiers.  

Essayons de retrouver le chemin du bon sens pour une fois !

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)

Le Mouvement de la Ruralité est engagé depuis de nombreuses années contre l'implantation des éoliennes, car il avait déjà les prémices des problèmes sanitaires et environnementaux dès les premiers parcs. Tant que la science n'aura pas apporté des réponses claires sur les dangers de cette énergie, Le Mouvement de la Ruralité continuera ce combat pour imposer un principe de précaution et l’arrêt du développement de l’éolien en France. On n’est jamais sûr de rien, mais on se doit de dire les choses et d'exposer nos craintes et de diffuser les témoignages et les études actuelles sur les dangers de l'éolien...

Aussi, LMR vient de publier une vidéo choc retraçant un panel de sujets sur les dangers sanitaires et environnementaux autour de l’éolien

Le Mouvement de la Ruralité, proche des habitants impactés, des éleveurs, des pêcheurs professionnels se doit de continuer à aider dans la diffusion d’informations et d’explications pour alerter le plus grand nombre. Nous portons les dossiers devant les tribunaux, nous déposons des recours en expertise judiciaire, nous travaillons avec des scientifiques, des responsables en santé humaine, des vétérinaires... pour chercher la vérité et les liens de causalité avec celles et ceux qui perdent tout, (qualité de vie, santé, mortalité animale, cancers pédiatriques, perte d’exploitation) après l’installation de ces machines industrielles.

Si nous n’étions pas dans le vrai, pourquoi l’État ne fait que des études avec le ministère de l’Environnement et de l’Agriculture en excluant volontairement celui de la santé alors que de nombreux riverains voulaient parler de leurs problèmes ? De même, pourquoi aurions-nous tort sur les sujets que nous abordons, alors que les industriels communiquent maintenant sur leurs nouveaux procédés sans terres rares ? Pourquoi communiquent-ils sur la suppression des anodes sacrificielles si elles n’étaient pas dangereuses pour l’environnement ? Les écologistes ont toujours fermé les yeux sur cette énergie qu’ils vénèrent ; pour preuve, le grand patron de Valorem était candidat sur la liste EELV des dernières élections européennes ! Cette situation ne grandit pas l’écologie politique, pire elle la décrédibilise ! Ils devraient eux aussi demander un éclairage complet sur les dangers exposés par Le Mouvement de la Ruralité.

Voir la vidéo

Le Mouvement de la Ruralité demande à l’Etat, la vérité sur les dangers de l’éolien, des champs électromagnétiques et veut des réponses aux questions soulevées par la vidéo publié par ses soins !

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Les saisons passent et à chacune d’elles correspond des attaques ciblées de groupuscules antispécistes à tel point qu’on pourrait éditer un calendrier prévisionnel de leurs actions.
L’ouverture de la pêche à peine sonnée, PAZ met en scène le bouddhiste Matthieu Ricard pour dénoncer celle-ci, comme en d’autres temps fut utilisé Pierre Rabhi.
La communication est identique à celle d’autres associations antitout : des images qui se veulent violentes fixant des plans choisis afin d’émouvoir le spectateur.

Comme un refrain, le film ne montre que quelques aspects de la pêche et oublie volontairement d’expliquer les rôles des différentes associations AAPPMA (Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique) qui agissent dans le cadre du Code de l’Environnement, Livre IV, Titre III  :

  • Déclaration de capture des salmonidés migrateurs,
  • Génétique des poissons,
  • Pathologie des poissons,
  • Gestion des ressources piscicoles,
  • Education à l’environnement et au développement durable au cœur des missions du réseau associatif agréé de la pêche…

Ce qui a fait dire à Bérengère ABBA, Secrétaire d'État chargée de la biodiversité : « La pêche est vraiment à nos côtés dans cette incarnation du concret, du réel, de la préservation de l'environnement dans tous les territoires et au quotidien. »

Le Mouvement de la Ruralité apporte son soutien aux pêcheurs de loisirs, aux dirigeants des AAPPMA ainsi qu’à la Fédération Nationale de Pêche en France .

Le Mouvement de la Ruralité dénonce ce nouveau stratagème mis en place par un groupuscule dont le but n’est qu’uniquement d’abolir un loisir, d’imposer une vision purement sectaire et antispéciste d’une activité qui permet l’entretien et la sauvegarde des milieux aquatiques.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

L'attaque d'un train de céréales en périphérie de Pontivy par des militants écologistes d’Extinction Rébellion et du collectif Bretagne fermes usines dans le Morbihan est une insupportable action de sabotage : de l'éco-terrorisme.

Comment accepter que des activistes érigent un barrage et déversent sur les voies, une partie des 1500 tonnes de céréales destinées à l’élevage ?
Qui va payer la perte financière évaluée à deux millions d’euros et la facture générale pour la remise en service de la voie SNCF ?

La justice doit-être exemplaire à l’encontre de ces éco-terroristes en appliquant de lourdes condamnations financières ainsi que la dissolution des associations impliquées. Par ailleurs, les saboteurs doivent-être condamnés à des peines de prison pour la gravité des faits reprochés et notamment la mise en danger de la vie d’autrui sur le conducteur de train.

Le Mouvement de la Ruralité dénonce l’activisme dangereux d’Extinction Rébellion notamment par la manipulation des jeunes générations comme l’explique l’un des gourous de l’organisation, Roger Hallam, co-fondateur d'Extinction Rébellion qui a développé la stratégie globale de ce groupuscule.
Roger Hallam explique le choix de la non-violence, le principe des mouvements de masse structurés, et la différence entre Extinction Rébellion et les ONG traditionnelles, la manipulation des enfants de 10 à 15 ans et bien d’autres dérives inquiétantes pour renverser la démocratie.

Il est aujourd’hui urgent de mettre ces groupuscules hors d’état de nuire !

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Le Mouvement de la Ruralité a toujours dénoncé la tartuferie médiatique qui consistait à estampiller le chef de l’état : grand défenseur de la chasse française. Or, jamais l’art cynégétique n’aura était autant attaqué, si ce n’est depuis le gouvernement d'Emmanuel Macron, qui aujourd’hui fait tristement jeu égal avec celui de Lionel Jospin et ses extrémistes verts en son temps.

La République en Marche fait ainsi renaître en son sein, la funeste gauche plurielle et avec elle son lot de députés animalistes, antispécistes et antitout ! En cinq années de gouvernance, les faits, non exhaustifs, sont là :

  • Disparition de l’ONCFS,
  • Stigmatisation des chasseurs et tireurs sportifs,
  • Suppression des chasses traditionnelles,
  • Promesses non tenues sur la chasse des oies en février,
  • Disparition de la réciprocité des communes limitrophes,
  • Loi Dombreval sur la détention des animaux,
  • Dates de chasse, espèces, territoires,
  • Propositions de loi visant à interdire la pêche aux vif,
  • Proposition de loi visant à interdire la chasse à courre,
  • Fiasco de la chasse adaptative,
  • Copinage avec la LPO au détriment des chasseurs,
  • ...

Toutes les composantes de la France rurale en relation avec les animaux passent à la moulinette des extrémistes antispécistes du gouvernement Macron !

Les électeurs chasseurs, pêcheurs, éleveurs et autres détenteurs d’animaux devront s’en souvenir aux prochaines élections présidentielles et législatives.

LMR présentera des candidats dans toutes les circonscriptions pour combattre ces dérives extrémistes et défendre la France rurale dans toute sa diversité et ses libertés fondamentales.

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)