Le Mouvement de la Ruralité se félicite de la condamnation de France Télévisions à 10.000 euros de dommage et intérêts dans l’affaire de la publication du chasseur landais à la pelle et en slip...

Le verdict du tribunal de Dax sanctionne les dommages collatéraux occasionnés par les actions médiatiques de la LPO et du parterre de journalistes affidés aux associations animalistes en attente d’images trash. Lui qui ne demandait qu’à vivre dans l’anonymat, en paix et en liberté dans les Landes, s’est retrouvé malgré lui exposé sur tous les écrans et devenu la risée des réseaux sociaux entre mèmes et détournements parodiques.

Même si cette condamnation rétablit cet homme dans son honneur, la somme reste ridicule pour France Télévisions. Le Mouvement de la ruralité n’ose imaginer quel aurait été le montant du dommage s’il s’était agi d’une star du showbiz ou une célébrité du sport...

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Par lettre en date du 14 septembre 2021, le président du Mouvement de la Ruralité vient de saisir le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, la préfète de région Fabienne Buccio et la rectrice de l’académie de Poitiers, madame Bénédicte Robert sur un acte inapproprié en milieu scolaire. 

Comme précédemment lors d’une propagande distribuée par l’association L-214 en milieu scolaire (Lire la lettre LMR au ministre de l'Education du 21 octobre 2020 - Lire la réponse du ministre), c’est à nouveau au sein d’un organisme scolaire, l’école intercommunale des Ondines d’Aunac sur Charente (16),  qu’un tract faisant référence à  la programmation d’une manifestation (conférences) le 19 septembre 2021 par l’association Protection animale Charente-sanctuaire des poids plumes avec la participation du Parti Animaliste ainsi que de nombreuses associations militantes telles que l’association AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd'hui), l’association 269Life, et les associations L214, ONE VOICE, CRAC EUROPE, SEA SHEPHERD, etc.

Pour mémoire, le Parti Animaliste est un parti politique qui s’est déjà présenté à des élections (au niveau européen et local) et qui s’organise actuellement pour présenter une candidate à la prochaine élection présidentielle. Il s’agit d’un parti politique dont la publicité n’est pas à être faite dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement.

De même, pour l’association « L214 », le gouvernement s'est d'ailleurs déjà opposé à son intervention au sein de l'École et l’a signifié largement à tous les responsables d’établissement.

Il est intolérable que le corps enseignant se fasse le porte-parole d'associations qui dénigrent les acteurs de la ruralité et mènent souvent des actions en marge de la légalité, à l'image de certains membres d'AVA et de L214 ayant fait l'objet de condamnation pénales.

Il est inadmissible qu’un professeur des écoles distribue des tracts et fasse la promotion d’une manifestation à vocation politique. Il s’agit d’une violation de son obligation de neutralité qui est consacrée par l’article 25 du titre 1er du statut général des fonctionnaires depuis la loi n°2016-483 du 20 avril 2016 relative à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires (lire la circulaire ministérielle de 2018 "Collaboration avec les associations en matière d'éducation à l'alimentation).

Le Mouvement de la Ruralité a demandé une intervention pour sanctionner ces dérives en milieu scolaire

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Décidément rien n’est clair dans la politique énergétique de la France …

Le 21 avril 2020, la feuille de route énergétique de la France à l’horizon 2028 était adoptée par décret gouvernemental. La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour 2019-2028 affichait une volonté française de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité et de développer sur notre territoire les énergies renouvelables, tout particulièrement l’éolien.
La France compte quelque 8000 éoliennes sur son territoire. En 2028, si cette feuille de route était respectée, celles-ci seraient près de 20.000, la PPE prévoyant d’ores et déjà la multiplication par 2,25 de la puissance installée de l’éolien terrestre. Pour accélérer l’installation des éoliennes, l’État a même nationalisé le processus de décision de l’implantation de champs d’éoliennes, retirant aux communes l’instruction des permis de construire pour les confier aux Préfets.

Dans un entretien à France Info, depuis la Polynésie française, après avoir expliqué qu’il « fallait un cap clair », prenant le contre-pied de sa propre politique énergétique, Emmanuel Macron défendait le nucléaire, notre "chance", et prônait le "cas par cas" pour l'éolien !

Sur BFM Business, le ministre Jean-Baptiste Djebarri expliquait qu’en 2035 « on aura besoin de 4 fois plus d’énergie qu’aujourd’hui, 18 fois en 2050 » …

Du Président de la République au dernier des ministres, rien n’est décidément très sérieux. Si quelque chose est de plus en plus clair, c’est que « rien n’est clair » … Il s’agit pourtant de l’avenir de la France.

Oui, la demande en électricité va augmenter. En 2019, l’électricité représentait 25% de l’énergie consommée en France. Si l’on remplace les énergies fossiles par de l’électricité à chaque fois que c’est possible (chauffage, véhicules …) la demande va augmenter. Il est fort probable qu’elle soit de 900 TWh en 2050, contre 470 TWh aujourd’hui. C’est-à-dire qu’elle va doubler. Il convient de s’y préparer.

On ne pourra pas fournir cette énergie en 2050 en fermant des réacteurs nucléaires aujourd’hui. C’est pourtant le projet du gouvernement qui a déjà fermé Fessenheim et confirmait en 2020 l’objectif de fermer 14 réacteurs d’ici à 2035. Cette politique du « en même temps » devient la politique du « tout et son contraire » !

Si le Président de la République veut que l’installation d’éoliennes fasse l’objet de plus concertation locale il y a une solution très simple : soumettre l’installation d’éoliennes au code de l’urbanisme comme n’importe quelle autre installation industrielle.

Si le Président veut des projets éoliens qui participent réellement à la production d’énergie décarbonée, il y a un chemin très simple : cesser de racheter l’électricité que produisent les éoliennes au-dessus des conditions du marché. Ainsi ne verront le jour que les projets qui ont un réel intérêt énergétique, ceux qui répondent à un réel besoin de consommation : en quantité, en qualité, au bon moment et au bon endroit. Aujourd’hui, la bonne moitié des projets éoliens produisent surtout des subventions ! L’autre moitié produit effectivement de l’électricité, mais pas forcément au bon moment, et pas forcément au bon endroit… Or l’électricité ne se stocke pas.

Financer les énergies « renouvelables » coûte très cher aux consommateurs et c’est le plus souvent de l’argent jeté par les fenêtres (Prévisionnel de la CRE pour 2022 : 1278 millions d’€ pour l’éolien et 3958 millions d’€ pour le photovoltaïque).

Si comme le Président pense réellement, comme nous, que « le nucléaire est une chance », alors il faut stopper tout de suite le plan pluriannuel de démantèlement de nos centrales nucléaires :

  • Prolonger la durée de vie des réacteurs jusqu’à 60 ans grâce à des investissements de maintenance et de sûreté, et engager une première série de construction de six EPR (réacteur pressurisé européen) de nouvelle génération
  • Déployer les mini réacteurs nucléaires (small modular reactor – SMR) pour le renouvellement du parc de 1ère génération
  • Accélérer la R&D sur la 4ème génération de réacteur nucléaire et de la fusion nucléaire pour anticiper les futurs renouvellements à moyen et long terme
  • Continuer la R&D sur le sujet du traitement des déchets, notamment grâce au laser, un savoir-faire français (cf. La transmutation de déchets radioactifs par laser de haute puissance : le défi de Gérard Mourou )

La production d’électricité en en France est notre dernière source de compétitivité, il convient de la protéger !

L’énergie nucélaire une une histoire française de la récouverte de la radioactivité par Henri Becquerel, celle du radium et du polonium par Pierre et Marie Curie, à la création du commissariat à l’énergie atomique en 1945 avec à sa tête Frédéric Joliot et Raoul Dautry, la définition du 1er programme français de centrales nucléaires à uranium naturel par Pierre Ailleret , la décision du Général de Gaulle en 1958 de construire à Pierrelatte une usine d’enrichissement d’uranium … et puis La Hague, Marcoule, Chinon, Saint Laurent, Bugey, Cadarache, … la décision en 1969 par le Président Georges Pompidou d’investir dans des réacteurs à eau lègère pressurisée à Fessenheim, la 1ère centrale à eau légère de Chooz en 1970 … la création à l’initiative de la France de la Société européenne EURODIF, le plan Messmer (1974-1986) … la création d’AREVA en 2001 … etc.

Oui, Emmanuel Macron a raison, le nucléaire est une chance !

Grâce à l’énergie nucléaire, les émissions de CO2 en France (Source : Agence Internationale de l’Energie - 2017) sont de 4,56 tonnes / habitant / an, devant le Royaume uni (5,43), bien loin de la Chine (6.68), de l’Allemagne (8,70), du Japon (8,94), des États-Unis (14,61) ou du Canada (14,99), de l’Arabie Saoudite (16,16) …

Le secteur de l'électricité en France est aussi un contributeur à l’équilibre de la balance commerciale. La France était le dixième producteur mondial d’électricité en 2018 et le premier pays exportateur au monde ; en 2020, sa production nette s'est élevée à 500,1 TWh, elle était le premier pays exportateur d’Europe, avec un solde exportateur de 43,2 TWh.

 

david lisnard David LISNARD
Maire de Cannes
Président de Nouvelle-Energie
Yves d’AMECOURT
Ancien maire de Sauveterre-de-Guyenne
Porte-Parole du Mouvement de la ruralité 

yves damecourt

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)

Le Mouvement de la Ruralité (LMR) a déjà fait valoir par la voix de son président et ancien conseiller régional Eddie Puyjalon, son opposition au projet de 1.000 hectares de panneaux photovoltaïques à Saucats, notamment lors des assemblées plénières de la dernière mandature au Conseil Régional.

Le Mouvement de la ruralité considère comme un non-sens environnemental, économique et social le défrichement de mille hectares portés par Engie et Neoen. Le président de LMR, signataire de la pétition d’opposition au projet, participera activement aux débats publics en commençant par celui du Palais des congrès ce jeudi 09 septembre 2021.

Tous les arguments du porteur de projet restent fallacieux et même en les parant de vert, de durable, d’agroécologique, voire d’agri-énergétique, il n’en demeure pas moins qu’il se résume essentiellement à une opération financière juteuse comme on en rencontre souvent avec les affairistes du vent ; ces fameux sans foi ni loi de l’éolien comme les surnomment les milliers d’associations d’opposition citoyennes à cette énergie.

Aucune compensation environnementale ne saurait justifier une telle dérive et contredire certaines politiques régionales et départementales visant à stopper l’artificialisation des sols et la déforestation. Là, par son opposition, le président du Conseil départemental de la Gironde reste cohérent avec sa politique. On ne peut pas en dire autant d’Alain Rousset ou d’Emmanuel Macron, et leur limite du "je dénonce l’artificialisation des sols, je dénonce la déforestation et EN MÊME TEMPS j’assure la promotion de projets qui cumulent les deux méfaits précités".

Non seulement cette énergie n’est pas aussi verte qu’annoncée, mais elle va à l’encontre d’une politique économique d’avenir. La Nouvelle-Aquitaine devient un vaste Monopoly pour les affairistes des énergies renouvelables où la rue de la paix a été remplacée par le chemin de la ruralité.

Entre les lacs, les terres agricoles et forestières recouverts de panneaux photovoltaïques et de parcs éoliens, les espaces ruraux sont devenus une vaste zone industrielle pour des financiers peu scrupuleux et des élus en mal de finances publiques.

Ce projet est l’exemple contraire du programme économique porté par le Mouvement de la Ruralité durant la campagne des élections régionales qui s’appuyait sur la restructuration de la filière bois, avec un investissement sur les premières et secondes transformations. Il s’agissait d'une mesure de bon sens pour répondre au 7 milliards d’euros de déficit de la balance commerciale de la filière bois en France, plutôt économiquement plus efficace que d’importer des cellules photovoltaïques de Chine !

Il faut s’organiser pour structurer et transformer notre filière bois en France. Contrairement au projet Horizéo, qui n’est pas la bonne réponse à la situation environnementale, économique et climatique, le projet LMR de végétalisation pour une meilleure gestion de l’eau et son programme 3S  (Séquestration, Stockage, Substitution) par un vaste plan de développement de la forêt, sont une réponse économique, énergétique et d’action pragmatique contre le dérèglement climatique !

Ecrire un commentaire (2 Commentaires)

À l’heure où tous les pendants de la vie rurale sont aujourd’hui attaqués, nous devons tous nous mobiliser !

Nos territoires sont mis sous cloches, saccagés par des éoliennes et d’autres artificialisations destructrices. Notre mode de consommation carnée est attaqué. Notre histoire, nos traditions nos us et coutumes, notre culture en général sont remises en cause par des bobos rurbains, les végans, les animalistes et les politiques déconnectés de la France rurale.

Il faut vous mobiliser et mobiliser vos amis pour la manifestation de défense des chasses traditionnelles et de la ruralité

Samedi 18 septembre devant les arènes de Mont-de-Marsan à partir de 9h00

Vous avez à votre disposition un tract à imprimer (cliquer ici pour le télécharger) pour que tous les chasseurs présents puissent chanter avec David Olaizola "Ne Touchez pas nos traditions !

Merci de diffuser sur les réseaux sociaux et dans vos amis, l’heure est grave et nous ne pouvons compter que sur nous pour mobiliser....

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)