Déjà lourdement impactée avec la crise sanitaire du Covid 19, la filière avicole a dû trouver des solutions pour écouler ses stocks face à la fermeture des restaurants. Les fêtes de fin d'année avaient quant à elles redressé la situation et permis aux éleveurs de survivre surtout dans les filières de vente directe.

Aujourd'hui, le virus « influenza aviaire » touche majoritairement les départements de Vendée, Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire. Ce sont déjà des milliers d'animaux qui sont abattus pour les cas avérés et surtout en prévention dans les zones de protection. Un nouveau coup dur pour la filière avec de graves répercussions morales et financières.

La commission agriculture de LMR Pays-de-la-Loire apporte tout son soutien aux éleveurs et demande instamment à l’État, aux collectivités départementales et régionales une aide d'urgence et immédiate envers les éleveurs et les acteurs économiques des filières volailles grasses, volailles maigres et gibiers. Ces aides doivent aussi permettre de reconduire le dispositif dérogatoire sur le RSA, de doubler les crédits pour soutenir les éleveurs en difficulté, de reporter les remboursements pour des couvoirs ou bien encore de poursuivre toutes actions urgentes qui s'avéreraient utiles pour accompagner les éleveurs et les entreprises.

Pour autant, de sérieuses questions se posent quant aux réelles causes de contaminations autres que celles de la faune sauvage puisque les volailles sont enfermées depuis les mesures drastiques de biosécurité.

Est-il vraiment pertinent de continuer d'abattre des lots d'animaux sains alors qu'une surveillance accrue et des analyses régulières permettraient d'éviter ces pertes insupportables pour les éleveurs et coûteuses pour l’État ?

Au final, ce manque de production française favorise encore plus les importations et nuit dangereusement à notre souveraineté alimentaire !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Les prix des carburants distribués en France ont dangereusement passé la barre fatidique des 2€/l pénalisant lourdement les automobilistes, notamment les ruraux ainsi que tous les professionnels utilisant régulièrement leur véhicule.

De plus, le doublement du prix du gazole, détaxé pour le monde agricole ou les sociétés des Bâtiment et Travaux Publics, passant la barre symbolique d’un euro fragilise de nombreuses entreprises.

Ainsi, de nombreux acteurs du monde rural sont lourdement pénalisés : les agriculteurs actuellement en pleins travaux des champs avec des tracteurs dépassant les 500 litres de carburants embarqués, des pêcheurs aux embarcations dépassant les 12.000 litres et des routiers eux aussi utilisant de grandes quantités de carburant...

Aujourd’hui l’état profite de la situation en rackettant les automobilistes et les professionnels, avec une taxe maintenue sur une envolée des prix qui remplissent les caisses de l’état et vident celles des Français !

Le Mouvement de la Ruralité demande instamment au gouvernement de baisser significativement les taxes qui représentent pas moins de 63 % du prix total payé par l'utilisateur. Il suffit d’aller faire le plein de carburant dans les pays frontaliers tels l'Espagne ou Andorre pour comprendre l’arnaque de l’imposition des carburants en France et constater aussi que l'Armée Française se fait livrer par des revendeurs espagnols...

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Le Mouvement de la Ruralité est profondément attristé de la disparition du champion des oubliés, ceux de la France rurale. Jean-Pierre Pernaut était dans le cœur de tous les Français, son empathie naturelle sublimée par son sourire aux « JT » de TF1 en faisait un journaliste d'exception. Il transpirait de sincérité et d'amour pour la France des villages, celle des petits marchés de France et des gens simples.

LMR, comme CPNT auparavant, lui auront souvent décerné le grand prix de la ruralité et regretteront toujours de n'avoir pas eu le temps d'organiser un petit marché des producteurs en bas des locaux de TF1 pour fêter son départ et lui rendre une fois de plus un honneur bien mérité.

Il était apprécié pour son franc parlé, il savait faire passer avec tact ses messages pour être le défenseur de la France des terroirs. Il n'y a pas si longtemps, fin 2021, malgré sa maladie, Jean-Pierre "likait" et applaudissait nos échanges par SMS sur l'aide apportée à un éleveur laitier plongé dans le désarroi par des problèmes avec les éoliennes....

Même malade, Jean-Pierre Pernaut était un combattant de la vie, un combattant de ruralité. Avec sa disparition, elle perd son ange gardien, son chevalier servant, mais gardera à tout jamais au fond de son cœur le journaliste sincère du JT de TF1.

Le Mouvement de la ruralité adresse ses sincères condoléances à son épouse, ses enfants, sa famille, ses collègues et amis.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Ce sont cinq candidats à la présidentielle qui se sont succédé pour passer leur grand oral sur la Ruralité à Paris le 15 février, Éric Zemmour, Valérie Pécresse, Gaspard Koening, Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle.

Trois autres avaient proposé d’être remplacés, Fabien Roussel, Marine Le Pen et Rafik Smati. Les autres candidats de la gauche, les Verts et les animalistes n’ont pas répondu.

À noter l’impolitesse du non-candidat Emmanuel Macron qui lui aussi n’a pas répondu. En tant que président de la République il aurait pu avoir cette éducation…

C’est une mention avec très bien à l’oral pour l’ensemble des candidats. Chacun dans son style, sa sensibilité et son empathie. À noter toutefois une plus mauvaise note sur le fond pour Gaspard Koening avec ses thèses animalistes illustrées par son référent Peter SINGER, l’antispéciste.

Les quatre autres candidats ont validé et signé 90% des 30 propositions de LMR pour la ruralité (voir le document). Nicolas Dupont-Aignan en a signé 29, Jean Lassalle 28, Éric Zemmour 26, Valérie Pécresse 24 et Gaspard Koenink 16.

On peut noter une réticence chez Éric Zemmour et Valérie Pécresse pour instaurer une dose de proportionnelle dans toutes les élections à partir de 1.000 électeurs, la reconnaissance du vote blanc et la proportionnelle intégrale à un seul tour par liste départementale aux élections régionales.

Gaspard Koening et Valérie Pécresse sont les deux candidats les plus réticents aux mesures pour lutter contre l’antispécisme et autre animalisme.

Le Mouvement de la Ruralité publiera toutes les vidéos de ces oraux et les réponses et amendements aux 30 points déposés par les cinq candidats afin d’éclairer les électeurs sur leurs propositions.

Ecrire un commentaire (3 Commentaires)

Qui peut bien avoir l’esprit aussi belliqueux, une âme aussi tordue pour vouloir faire déboulonner la statue de la Vierge sur la commune de la Flotte en Ré ?

Mais pourquoi donc ce procès en sorcellerie intenté contre un édifice vieux de plus de 80 ans, véritable patrimoine historique et sensoriel pour celles et ceux qui y ont leur histoire personnelle ancrée depuis toujours dans la commune ?

Si la vierge était sculptée sur un vieil arbre, serait-il arraché à sa terre natale pour avoir son ancrage sur le domaine public ? Quelle est donc la raison de cette croisade engagée contre toute la représentation de ce qui fait la France, ce qui fait notre histoire et notre relation à la chrétienté.

Pourquoi porter atteinte à ce qui nous relie à nos racines, à l’histoire de nos familles, de nos vies personnelles marquées par ces lieux historiques, symboles de nos rendez-vous d’enfants, de relation amoureuse ou simplement religieux.

Qui a le droit de vouloir ôter 80 ans d’histoire et de symbole sociétal d’une commune de France sous prétexte qu’il représente notre histoire à la religion chrétienne et serait contraire à la laïcité.
Foutaise, pour le Mouvement de la Ruralité ! La France historique est jalonnée de ses symboles, c’est notre histoire, nos racines. Nos églises, nos statues, jusqu’au chemin de Compostelle sont notre patrimoine immatériel à protéger et s’attaquer à ces symboles c’est s’attaquer à la France et à ses racines.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)