Le Mouvement de ruralité appelle à la mobilisation de tous les acteurs de la ruralité soucieux de la défense des traditions françaises.

Aujourd'hui plusieurs chasses traditionnelles viennent d'être interdites par le Conseil d'État sous l'action en justice d'associations animalistes. Demain ce seront tous les us et coutumes de la ruralité qui passeront au couperet des intégristes animalistes et de leurs affidés.

LMR appelle toutes les fédérations de chasse et les associations cynégétiques à participer à toutes les actions de défense des chasses traditionnelles organisées sur le territoire national et soutenues par la Fédération nationale des chasseurs.

Plus que jamais, l'union des forces vives de la ruralité permettra de répondre aux attaques sur notre identité et notre idéal de vie. Le Mouvement de la ruralité participera à toutes les actions de défense et prépare pour le mois de septembre le lancement du Conseil National de la résistance rurale regroupant tous les acteurs du monde rural concernés par l'ostracisme rural.

Déjà de nombreux acteurs de la ruralité ont répondu présents à l'appel de LMR pour construire cette force de résistance qui permettra de maintenir en vie l'histoire de notre pays et celle d'une ruralité vivante.

Le président du Mouvement de la ruralité, tête de liste aux élections régionales en Nouvelle-Aquitaine, accompagné de nombreux cadres sera présent à la manifestation organisée à Mont-de-Marsan, samedi 18 septembre, pour soutenir l'action de défense des chasses traditionnelles françaises.

Ecrire un commentaire (1 Commentaire)

Le Conseil d’État vient de donner raison à la LPO et à One Voice en annulant les autorisations ministérielles de chasser les oiseaux migrateurs (vanneaux huppés, pluviers dorés, alouettes des champs, grives et merles noirs au moyen de cages ou de filets, pour non-conformité au droit européen relatif à la protection des oiseaux.

Dans ce jugement, il considère que le ministre n’a pas apporté les preuves nécessaires à leurs questionnements. Or qui peut croire qu’une ministre aux racines d’EELV, opposante à la chasse, puisse s’enquérir de façon optimale des réponses étayées à leur apporter.

Pourquoi condamner une pratique traditionnelle aux prélèvements limités et parfaitement sélectifs puisque seul, le chasseur décide de déclencher le filet pour attraper l’oiseau autorisé et convoité ?

Alors que dans un même temps, l’Europe tolère des millions d’oiseaux protégés tués par les centaines de milliers d’éoliennes en Europe ; 18 millions d’oiseaux par an rien que pour l’Espagne - source Sociedad Española de Ornitología (SEO Birdlife) - selon le communiqué de presse du Conseil National pour la nature (lire le communiqué), auquel on peut rajouter d’autres millions tués par les chats et les perturbateurs endocriniens… sans sélectivité évidemment !

Les juges du Conseil d’État ont-ils passé une seule journée avec un chasseur d’alouettes ou de vanneaux aux filets ? La réponse est forcément NON, car ils sauraient la sélectivité absolue de ce type de chasse ! Ces juges condamnent des pratiques en petites quantités et pendant ce temps-là, sans mot dire des mêmes associations animalistes, des myriades de filets verticaux tendus sur les côtes africaines qui détruisent sans discernement des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs traversant la méditerranée.

Le Mouvement de la ruralité dénonce un acharnement culturel et traditionnel de la part des orchidoclastes environnementaux… Plus que jamais une charte des traditions européennes doit-être proposée et il est urgent de sortir la tutelle de la chasse des griffes du ministère de l’Écologie pour un véritable secrétariat aux ressources renouvelables incluant la chasse, la pêche, la mer et la forêt au sein du ministère de l’Agriculture.

Ecrire un commentaire (2 Commentaires)

Si seulement les juges du Conseil d’État en savaient plus sur les dossiers qu’ils ont à traiter ! Ils viennent de condamner l’État pour manquements à améliorer la qualité de l’air à une astreinte de 10 millions d’euros pour le premier semestre 2021. Si la sanction financière infligée par la haute juridiction est justifiée, c’est la redistribution de la somme qui apparaît dénuée de bon sens. Effectivement, ironie de l’histoire, les fonds seront partagés par des associations engagées dans la lutte contre la pollution de l’air, ceux-là mêmes qui refusent des solutions parallèles innovantes et à l’efficacité prouvée et reconnue au niveau européen.

Depuis longtemps, le Mouvement de la ruralité interpelle les dirigeants politiques, notamment tous les présidents des régions de France sur l’existence d’un kit de comburation made in France qui fait baisser de 70% les particules fines de tous les moteurs thermiques.

Imaginons si dans sa clairvoyance les juges du Conseil d’État avaient obligé l’État à financer pour 10 millions de ces kits pour les automobilistes. Une mesure environnementale, sanitaire, mais aussi sociale par la baisse de consommation de carburant qu’apporte cet équipement innovant. Pourquoi négliger une solution qui permettrait de diminuer drastiquement les particules fines responsables de 40.000 morts entre 2016 et 2019 ?

Messieurs les décideurs et autres juges du Conseil d’État, si demain le parc automobile des grandes villes était équipé de ce procédé, imaginez que d’un coup de baguette magique, on fasse baisser de 70 % les particules fines dans l’air : combien de maladies respiratoires et de mortalité évitées et de qualité de l’air retrouvée ?

La consommation française annuelle de carburant à usage automobile est d’environ 50 milliards de litres. Si on économisait entre 8 à 10 % par la mise en place d’un kit, ce serait aussi une économie de près de 5 milliards de litres. Au lieu de répondre à l’urgence en proposant des voitures électriques et à hydrogène demain, proposez des kits de comburation efficaces aujourd’hui !

A méditer messieurs les décideurs !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Un élu EELV remet en cause les attributions de subventions de la ville aux scouts de France pour manque de mixité. Probablement pas suffisamment vert au goût de cet élu écologiste lyonnais, qui rejoint ainsi ses autres collègues verts qui n’aiment pas le tour de France, les sapins de Noël, les bateaux à voile et les avions dans le ciel.

Le Mouvement de la Ruralité se dit qu’il y a au moins une élue verte qui ne va probablement pas apprécier cette sortie de route. Léonore Moncond’huy, la très jeune maire EELV de Poitiers, responsable scout il n’y a pas si longtemps, devra peut-être donner une formation très nature à Alexandre Chevalier tant sur la relation des jeunes scouts à la nature qu’à la mixité au sein des scouts de France.

Jamais les Verts n’ont autant bien porté leur surnom d’antitout, tellement leur dogmatisme devient ridicule et insupportable…

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Rien d’étonnant à ce que les électeurs s’écartent de la voie des urnes, tellement le bon sens à échappé aux institutions de la république ! Le retour à une monarchie jacobine déboussolée, imprégnée d’idéologie dogmatique verte, englobant une caste d’incultes de la nature trustant les postes clés de notre société. Ainsi, journalistes, politiques et autres intellectuels viennent donner des leçons de gestion environnementales, alors qu’ils n’en connaissent rien.

Les chasseurs viennent de perdre une bataille avec la chasse à la glu, mais ils n’ont pas perdu la guerre !  Il reste des voies de recours et des actions à mener. Le Mouvement de la ruralité va entamer plusieurs démarches pour défendre la chasse à la glu et rétablir la vérité sur une chasse sélective et bien moins impactante que de nombreux sujets environnementaux gardés sous silence de l’État et de l’Europe, coupables d’atteinte grave à l’environnement.  

Comment est-il possible de détruire des millions d’oiseaux, souvent victimes des éoliennes, voire d’autres centaines de millions par des pollutions aux perturbateurs endocriniens et venir condamner une chasse sélective en petite quantité et parfaitement contrôlée !

Quelle outrance institutionnelle ! Quelle posture idéologique sans fondement, seulement là comme écran de fumée en réponse aux antispécistes et autres animalistes ! L’injustice devient de plus en plus la règle et son corollaire devient l’abstention et le rejet de la politique et de ses institutions…

 Le Mouvement de la Ruralité adresse de nouveau son soutien aux chasseurs à la glu et s’engagera à leur côté pour continuer à défendre cette belle tradition cynégétique.

Ecrire un commentaire (4 Commentaires)