Le Conseil national du Mouvement de la ruralité entérine sa ligne politique

Le samedi 13 novembre 2021, le Conseil national du Mouvement de la Ruralité (LMR), réuni à Paris, a acté à l’unanimité de ses membres présents sa ligne politique pour les prochaines échéances électorales.
Fort de ses très bons résultats aux dernières élections régionales en Nouvelle-Aquitaine, devançant dans de nombreux territoires ruraux les grands partis traditionnels, faisant mieux que LFI et LO au niveau régional et faisant mentir les commentateurs de la vie politique et les sondages, LMR s’engage résolument vers l’avenir.

Le Conseil national a acté à l’unanimité de ses membres présents :

  • la coprésidence du groupe des jeunes pour la France Rurale avec Clémence Rousseau et Guillaume Forquet de Dorme. Ils seront en charge de la dynamique jeunes pour le Mouvement de la ruralité.
  • la création du groupe agricole avec une coprésidence avec Marie-France Dabert et Manuel Launoy étoffée par de nombreux responsables agricoles répartis sur l'ensemble de la France comme Catherine Laillé, Séverine Besson et Amélie Rebière.

Avec une forte dynamique de sa représentation dans tous les territoires, Le Mouvement de la Ruralité va peser sur l’élection présidentielle en étant force de proposition pour la France rurale.

LMR invitera tous les candidats à la présidentielle à venir signer les 30 engagements pour la ruralité lors d’une réunion à Paris début 2022. Par la suite, LMR rendra compte publiquement des signatures, accompagné d’une analyse détaillée des engagements signés par les différents candidats.

LMR s’engagera aux élections législatives sur toutes les circonscriptions de France pour asseoir sa représentativité et s’inscrire dans la continuité.

Outre les circonscriptions symboliques où LMR s’engagera pour peser électoralement contre les députés sortants signataires du RIP, les députés animalistes, antichasse et antispécistes comme Loïc Dombreval, Éric Diart et bien d’autres, l’objectif sera d’avoir les premiers députés du Mouvement de la Ruralité à l’Assemblée nationale et de représenter une force de proposition et de défense de la France rurale.