Revalorisation des retraites agricoles : un premier pas pour les chefs d’entreprises, mais leurs conjoints ne sont pas concernés !

Ce 1er novembre 2021 fera date pour les retraités agricoles puisque la loi Chassaigne, maintes fois reportée, est enfin appliquée ! Elle permet de relever les pensions de 75% à 85 % du SMIC, soit 1.035 euros mensuels.

Le Mouvement de la Ruralité salue cette réelle avancée que l'on doit à la ténacité du député André Chassaigne. Il a mené ce dur combat qui n'est entre autres qu'une question de justice sociale pour ceux et celles qui ont œuvré toute une vie pour nourrir au quotidien tous nos concitoyens, dimanche compris et pour nombre, sans congés.

Cependant, cette revalorisation cache encore de grandes disparités puisque seulement un agriculteur sur cinq va en bénéficier. Pour en bénéficier, il faut impérativement avoir été chef d'exploitation au moins 17,5 années, et justifier d'une carrière complète. Ce qui est loin d'être le cas, notamment pour les agricultrices qui ont souvent eu une carrière discontinue et sous-statut de conjointe collaboratrice, voire pas de statut du tout, malgré le travail intense au sein de l’exploitation. Actuellement elles touchent en moyenne 570 euros par mois.

Si une proposition de loi est en cours pour revaloriser également leur pension de 100 euros supplémentaires par mois, nous sommes encore loin de la réelle reconnaissance quelles méritent, sachant que la pension moyenne française s'établit à 1500 euros. LMR estime qu'il faut rapidement aller à la source du problème en s'attaquant au manque de revenu.

Une politique agricole et alimentaire digne de ce nom est nécessaire pour assurer des revenus et des retraites décentes pour l’ensemble des agriculteurs et des agricultrices, notamment en permettant le renouvellement des générations pour que demain nous ne soyons pas obligés d'importer encore plus d'alimentation qui de surcroît ne respecte pas nos normes tant en qualité qu'en sécurité et respect de l’environnement.