Souveraineté alimentaire : le revenu agricole doit être notre priorité

En apparence très exportatrice, l’agriculture française accumule en fait les difficultés dès que l’on se penche sur les détails. Pour répondre à ces défis, Angélique Delahaye et Yves d’Amécourt, agriculteurs, anciens élus locaux et membres du Mouvement de la Ruralité, appellent à trouver les moyens d’une meilleure rémunération des agriculteurs.

Constat amer. L’agriculture et le monde rural intéressent peu nos gouvernants et ceux qui aspirent à gouverner… Elle fut absente du discours du président de la République, jeudi 9 décembre, alors que la France s’apprête à prendre la présidence de l’Union Européenne, si ce n’est à travers l’évocation des « clauses-miroirs » – indispensables – et la lutte contre le concept écologiste fumeux de « déforestation importée » qui vient s’ajouter à celui « d’eau virtuelle exportée ». Elle fut absente aussi des débats lors du congrès des Républicains. En France, constatons qu’on s’intéresse le plus souvent aux problématiques urbaines et, de temps en temps, au monde rural. Lorsqu’il y a un accident de chasse ou un coq jugé en appel.

Pourtant, l’heure est grave. La France importe 60 % des fruits qu’elle consomme. 40 % des légumes. 50 % de la viande blanche et 25 % de la viande rouge. 75 % des fleurs coupées ! S’il n’y avait, pour la rendre excédentaire, l’exportation des céréales, des vins et des spiritueux, la balance commerciale agricole de la France serait largement déficitaire ! L’Allemagne, depuis qu’elle a pris le taureau par les cornes au début des années 2000 et les mesures Schröder/Hartz, dispute désormais à la France son statut de leader agricole de l’Europe.

La France dispose de toutes les ressources, mais elle manque cruellement d’industries de première et deuxième transformation

L’exemple de la sylviculture est édifiant. Nos bois sont exportés pour être transformés dans des pays où la main-d’œuvre est moins chère, et quand ils reviennent en France, c’est sous la forme de produits finis… Lorsque l’on veut construire en bois, la plupart des matériaux sont importés, soit d’Europe du Nord (charpente), soit des pays exotiques (menuiseries), alors que la France dispose de toutes les essences et de toutes les ressources. Mais elle manque cruellement d’industries de première et deuxième transformation. La balance commerciale de la filière bois en France est déficitaire de 7 milliards d’euros.

Dans le même temps, la Politique agricole commune (PAC) de l’Europe est devenue une vaste politique environnementale différenciée, ni vraiment agricole, ni vraiment commune, qui agit a contrario de la souveraineté alimentaire du continent et de la France. La stratégie “Farm to fork” (de la ferme à la fourchette) adoptée en octobre dernier par le Parlement européen, en se donnant des objectifs de « réduction des pesticides » et d’augmentation de l’agriculture « biologique », risque fort de sacrifier un peu plus encore notre autonomie alimentaire et l’avenir de nos agriculteurs. Ce discours idéologique qui ignore tout ou presque des réalités scientifiques est en train de tuer à petit feu tous les efforts de l’agriculture européenne et les fruits des progrès de l’agronomie.

Cette politique, basée sur une idéologie mortifère, a un impact direct sur le moral et sur le revenu des agriculteurs. La moitié d’entre eux a plus de 55 ans et aspire à la retraite dans les dix ans qui viennent. Une grande partie ne transmettra pas son exploitation faute de candidat. Pour limiter l’impact de sa stratégie sur les revenus des agriculteurs, le Parlement européen a demandé à la Commission d’intensifier ses efforts – y compris par l’adaptation des règles de concurrence – pour renforcer la position des agriculteurs dans la chaîne d’approvisionnement.

En France aussi, on est loin du compte. Les débats sur la loi “égalim” ressemblent fort à un pansement français sur une jambe de bois européenne. Il suffit d’interroger les premiers concernés pour constater avec eux que si les prix des productions agricoles et forestières ont augmenté récemment, ils ont le plus souvent retrouvé les niveaux de rémunération d’il y a… 40 ans.

Le revenu agricole doit être notre seule priorité, car il conditionne toutes les autres

Nous disposons pourtant d’une solution éprouvée pour permettre aux agriculteurs français d’améliorer leur revenu tout en taxant les produits d’importation : c’est ce que l’on a appelé au cours des sempiternels débats depuis 20 ans la « TVA sociale », la « TVA antidélocalisation », la « TVA relocalisation », la « TVA équitable », etc. Toujours évoquée, jamais mise en place faute de courage politique pour l’appliquer et de discours pédagogique pour l’expliquer. Appelons-la aujourd’hui « TVA souveraineté » ! Il s’agit de faire basculer un certain nombre de charges sociales des salaires et/ou des revenus agricoles, vers la « valeur ajoutée ». Taxer la « valeur ajoutée » plutôt que les salaires permettrait de retrouver un équilibre concurrentiel nécessaire entre production nationale et production importée et de redonner une chance à la souveraineté alimentaire nationale, tout en améliorant le revenu agricole.

Un revenu qui pourrait être complété judicieusement et logiquement par une part de la taxe carbone dont le prix s’envole (88,88 € la tonne, le 8 décembre 2021), qui est payée par les émetteurs de CO2, pour saluer et rémunérer les efforts constants des agriculteurs et des sylviculteurs qui fixent le carbone dans leurs productions et dans les sols, participant ainsi activement à la lutte d’intérêt général planétaire contre le changement climatique.

Le revenu agricole doit être notre seule priorité, car il conditionne toutes les autres : le bien-être et le moral des agriculteurs, la qualité des productions agricoles, l’investissement, la protection contre les aléas climatiques et économiques, la transmission des exploitations et l’installation des nouvelles générations. Bref, tout ce qui permettra la souveraineté alimentaire de la France !