Les Verts alliés à l'extrême gauche lyonnaise et certains socialistes n'ont rien trouvé de mieux que d'imposer leur idéologie par le biais de repas sans viande dans les cantines scolaires de la capitale des Gones et du patrimoine de la gastronomie.

Le Mouvement de la Ruralité (LMR) apporte son soutien aux agriculteurs en colère face au sectarisme politique à la sauce végan lyonnaise. La région Auvergne-Rhône-Alpes, riche de ses élevages de qualité en circuits courts, offre une sécurité alimentaire qui assure 27 millions de repas aux lycéens dans les établissements scolaires, ce qui va à l’encontre de la pensée dogmatique des élus EELV qui bafouent la démocratique puisqu’aucune consultation des parents d'élèves n'a eu lieu.

Cette récente dictature verte issue des urnes vient interdire la pêche au vif à Paris, Grenoble et Montpellier, ou la chasse à Montpellier. Interdictions auxquelles on peut rajouter l'interdiction du Sapin de Noël à Bordeaux, etc.

Nous sommes là, face à des associations extrémistes qui agissent bien souvent dans l'illégalité à l'encontre des éleveurs, des commerçants, bouchers, charcutiers et qui dictent la politique communale, en imposant des décisions propres à satisfaire leur électorat.

Nos cantines scolaires ne doivent pas devenir le lieu de privation d'une gastronomie variée et équilibrée inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité sous la pression verte végan ou identitaire religieuse.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

LMR ne peut accepter qu'un débat public et contradictoire ne puisse se tenir à propos de l'élevage vison en France.En effet une proposition de loi émanant du député Cédric Villani demandant l'interdiction d'élevage du vison d'Amérique en France ne peut être validée sous l'éternel et sempiternel alibi du bien-être animal.

La liberté d'entreprendre sacrifiée en France sur l'autel de l'animalisme et de l'antispécisme ? OUI le risque est majeur alors que notre constitution est claire sur ce sujet : Interdire une activité humaine, qu’elle soit politique, sociale ou économique, est une mesure extrêmement grave qui doit être fondée en droit. La liberté d'entreprendre fait partie intégrante de notre constitutionnalité.

Au final ce sont 2500 emplois qui sont menacés, une filière reposant sur 40% de ses membres labellisés, des postes qualifiés avec un savoir-faire inégalé et envié mondialement. Aujourd'hui le vison et demain ? La tonte des moutons ? L'artisanat du cuir ? Le foie gras ?

Le 20 janvier un débat dont les conclusions ne seront pas rendues publiques ni même les débats contradictoires en présence de l'association One Voice.

Sur les 122 députés signataires de cette proposition de loi, aucun d'entre eux n'a visité un seul des 4 élevages de vison d'Amérique français.

Le Mouvement de la ruralité soutient les éleveurs et tient à dénoncer cette prise d'otage de la démocratie au seul nom du bien-être animal.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Le Mouvement de la ruralité, prévenu par des parents d’élèves sur le maintien de distribution et d’accès aux ouvrages de L-214 en milieu scolaire pour de jeunes scolaires, vient d’alerter de nouveau le ministre de l’Éducation nationale (lire le courrier).

En effet, le ministre Jean-Michel Blanquer déjà informé de cette propagande idéologique avait, semble-t-il, déjà informé les rectorats pour faire stopper sa diffusion. Or, il s’avère que l’ouvrage incriminé circule encore et que l’information ministérielle n’est pas appliquée sur l’ensemble du territoire.

Aussi, LMR vient de réitérer la demande d’intervention du ministère pour imposer le retrait immédiat de l’ouvrage au sein des établissements scolaires.

LMR s’inquiète de certaines dérives visant à sanctionner et à dénigrer des activités et professions parfaitement légales en France. Il est donc instamment demandé au ministère de rappeler que l’Éducation nationale n’est pas là pour stigmatiser certaines professions et certaines activités sportives et récréatives.

Ecrire un commentaire (3 Commentaires)

Le Mouvement de la Ruralité vient d’adresser une communication au colonel en charge de la cellule DEMETER afin de mettre tous les moyens nécessaires pour action rapide contre les dernières exactions des animalistes visant la chasse en France.

Dans notre République, il n’est pas tolérable d’agir ouvertement contre des activités légales en pratiquant des sabotages, des actions violentes, des destructions de biens privés, de menacer, d’incendier et d'en faire l'apologie par voies médiatiques.

Il n’est pas tolérable de voir ces activistes diffuser et revendiquer en toute impunité leurs méfaits sur les réseaux sociaux, à l’image de ceux commis durant la nuit du 22 au 23 août dans les marais de Fégréac, dont la destruction de 5 installations de chasse au gibier d’eau et plus de 14 miradors tagués ou détruits selon la communication revendiquée d’un groupe écologiste extrémiste antispéciste.

Si l’écologie politique s’est offusquée des propos de Mr Dupond-Moretti à destination des « d’ayatollahs de l’écologie » nous voyons bien là qu’une forme de radicalisation du mouvement écologiste s’opère en toute impunité en France aujourd’hui.

Ce sentiment d’impunité encourage ces activistes à continuer de perpétrer des exactions et de s'en glorifier, comme dernièrement en Loire-Atlantique avec le sabotage de chasses à courre, la détérioration de véhicules, la dégradation du siège de la Fédération des Chasseurs à Nantes. Il y a urgence à stopper ces écoterroristes !

Enfin, LMR va demander au Garde des Sceaux Éric Dupont-Moretti de bien-vouloir finaliser rapidement le projet de loi trop longtemps laissé dans un tiroir par LREM, porté par le Sénat sous la houlette de Jean-Noël CARDOUX visant à instaurer un délit d’entrave aux activités légales…

C’est à l’État, au gouvernement de Jean-Castex et au Garde des Sceaux de régler rapidement le problème : il y va du respect de l’État de droit et de nos libertés républicaines !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Comment est-il possible de vilipender le tour de France, comme les viennent de le faire les militants d'EELV de Rennes, associés aux socialistes, en refusant le départ de l’épreuve de 2021 dans leur ville, ou comme d’autres, le seul passage dans leurs communes !

Un Tour de France, ça ne se refuse pas. Il permet de faire connaître aux Français, comme à l’étranger, la beauté de nos paysages ruraux. Il est le vecteur d’un intérêt touristique indéniable. Comment être contre cette épreuve qui est toujours la passion de milliers de spectateurs sur le bord de nos routes de campagne et de millions de téléspectateurs, pour ce sport accessible financièrement à tous.

Être une ville départ est un privilège pour l’économie, l’hôtellerie, la restauration, la mise en valeur de la gastronomie de nos territoires ruraux … un retour à long terme indéniable sur investissement, par cette mise en vitrine internationale extraordinaire de son patrimoine, de ses paysages et de sa culture.

Ne nous laissons pas impressionner par ces dictats qui n'ont de cesse de culpabiliser le citoyen, de cette écologie des ayatollahs qui n’impose que des contraintes, des interdictions, des limitations et des libertés individuelles. Les électeurs qui ont voté pour les écologistes en étaient-ils vraiment conscients lors des dernières municipales ?

Devant ces politiques démagogiques, et quoiqu'on en dise, sectaires et punitives, le Mouvement de la Ruralité apporte tout son soutien à la direction du tour de France et aux villes et communes d’accueil des départs et d’arrivées ou de passage. Par leur implication, ils mettent en scène le décor de ce spectacle vivant populaire gratuit, le plus important du monde, assurant ainsi le rayonnement de l’image, plus particulièrement rurale, de la France dans le monde entier.

Vive le tour de France et ses racines rurales ! Vive la promotion des territoires ruraux par la société du tour de France !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)