LMR fait condamner une activiste animaliste !

Il était une fois, une organisatrice d’une fête rurale « chasse et campagne » qui s’était retrouvée du jour au lendemain au cœur d’une vindicte populaire. Une cabale orchestrée par des animalistes de mauvaise foi. C’est l’histoire nauséabonde de l’idiotie où la manipulation conduit à l’extrémisme, au totalitarisme, au harcèlement et aux menaces les plus abjectes qu’il soit.

Les faits remontent à juillet 2020. Une simple démonstration d’aptitude à la douceur et au comportement de tolérance d’une belle meute de chiens en présence d’un jeune veau de race salers au sein de la meute. Il n’en fallait pas plus pour les antispécistes pour en détourner l’information par une situation de démonstration de chasse à courre sur fond de massacre du veau. Le Mouvement de la ruralité ne pouvait rester passif devant de tels agissements

Les associations animalistes ont relayé l’information en France et à l’étranger en appelant à dénoncer cet acte odieux tout en transmettant le numéro de téléphone de l’organisatrice de l’évènement. Dès lors, ce fut un déchaînement de haine, d’agressions verbales les plus abjectes qu’il soit sur elle et sa fille, voire des menaces de mort. Dépassée par tant de violence, l’organisatrice victime de ce déferlement de haine a porté plante et espérer une sanction pour les menaces adressées.

LMR a donc proposé les services de son avocat pour l’accompagner devant le tribunal. L’une des personnes agissant sur un réseau social vient d’être condamnée à 500 € de dommage et intérêt. Le parquet, comme la gendarmerie, poursuivent les investigations visant à poursuivre les autres auteurs pour « cyber harcèlement » comme le recommande le Mouvement de la ruralité par la voix de son avocat.