L’école publique n’est pas un lieu de propagande politique et militante

Par lettre en date du 14 septembre 2021, le président du Mouvement de la Ruralité vient de saisir le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, la préfète de région Fabienne Buccio et la rectrice de l’académie de Poitiers, madame Bénédicte Robert sur un acte inapproprié en milieu scolaire. 

Comme précédemment lors d’une propagande distribuée par l’association L-214 en milieu scolaire (Lire la lettre LMR au ministre de l'Education du 21 octobre 2020 - Lire la réponse du ministre), c’est à nouveau au sein d’un organisme scolaire, l’école intercommunale des Ondines d’Aunac sur Charente (16),  qu’un tract faisant référence à  la programmation d’une manifestation (conférences) le 19 septembre 2021 par l’association Protection animale Charente-sanctuaire des poids plumes avec la participation du Parti Animaliste ainsi que de nombreuses associations militantes telles que l’association AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd'hui), l’association 269Life, et les associations L214, ONE VOICE, CRAC EUROPE, SEA SHEPHERD, etc.

Pour mémoire, le Parti Animaliste est un parti politique qui s’est déjà présenté à des élections (au niveau européen et local) et qui s’organise actuellement pour présenter une candidate à la prochaine élection présidentielle. Il s’agit d’un parti politique dont la publicité n’est pas à être faite dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement.

De même, pour l’association « L214 », le gouvernement s'est d'ailleurs déjà opposé à son intervention au sein de l'École et l’a signifié largement à tous les responsables d’établissement.

Il est intolérable que le corps enseignant se fasse le porte-parole d'associations qui dénigrent les acteurs de la ruralité et mènent souvent des actions en marge de la légalité, à l'image de certains membres d'AVA et de L214 ayant fait l'objet de condamnation pénales.

Il est inadmissible qu’un professeur des écoles distribue des tracts et fasse la promotion d’une manifestation à vocation politique. Il s’agit d’une violation de son obligation de neutralité qui est consacrée par l’article 25 du titre 1er du statut général des fonctionnaires depuis la loi n°2016-483 du 20 avril 2016 relative à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires (lire la circulaire ministérielle de 2018 "Collaboration avec les associations en matière d'éducation à l'alimentation).

Le Mouvement de la Ruralité a demandé une intervention pour sanctionner ces dérives en milieu scolaire