La filière française de l’élevage de vison menacée

LMR ne peut accepter qu'un débat public et contradictoire ne puisse se tenir à propos de l'élevage vison en France.En effet une proposition de loi émanant du député Cédric Villani demandant l'interdiction d'élevage du vison d'Amérique en France ne peut être validée sous l'éternel et sempiternel alibi du bien-être animal.

La liberté d'entreprendre sacrifiée en France sur l'autel de l'animalisme et de l'antispécisme ? OUI le risque est majeur alors que notre constitution est claire sur ce sujet : Interdire une activité humaine, qu’elle soit politique, sociale ou économique, est une mesure extrêmement grave qui doit être fondée en droit. La liberté d'entreprendre fait partie intégrante de notre constitutionnalité.

Au final ce sont 2500 emplois qui sont menacés, une filière reposant sur 40% de ses membres labellisés, des postes qualifiés avec un savoir-faire inégalé et envié mondialement. Aujourd'hui le vison et demain ? La tonte des moutons ? L'artisanat du cuir ? Le foie gras ?

Le 20 janvier un débat dont les conclusions ne seront pas rendues publiques ni même les débats contradictoires en présence de l'association One Voice.

Sur les 122 députés signataires de cette proposition de loi, aucun d'entre eux n'a visité un seul des 4 élevages de vison d'Amérique français.

Le Mouvement de la ruralité soutient les éleveurs et tient à dénoncer cette prise d'otage de la démocratie au seul nom du bien-être animal.