Loi Egalim 2 : Vous avez dit juste rémunération des agriculteurs ?

Alors que les débats entre l'Assemblée nationale et le Sénat se précisent pour finaliser le projet de loi Egalim 2, LMR reste sur sa faim. Le Mouvement de la Ruralité constate que, si les intentions sont fort louables, la volonté des élus de protéger le revenu des agriculteurs, la mise en œuvre de cette loi paraît bien improbable à court terme.

La loi Egalim votée il y a 3 ans est d'ailleurs un échec et n'a nullement porté ses fruits. Pour preuve l'expérimentation par la contractualisation pour les producteurs laitiers n'a aucunement amélioré leur revenu, le prix du lait étant resté en moyenne en dessous des coûts de production. Alors qu'un contrat gagnant-gagnant doit permettre à chacun des partenaires d'assurer sa marge pour vivre décemment et gagner de l’argent.

La loi Egalim devait permettre de constituer le prix de vente en commençant par la base c'est- à- dire en partant par celui du producteur, puis du transformateur et de la grande distribution au final. Or il n'en est rien ! Les industries agroalimentaires, grandes coopératives et distributeurs continuent de mener la danse et s'arrogent toujours le droit de fixer leurs prix et leurs marges dans un marché concurrentiel toujours plus exacerbé alors que de plus en plus, les consommateurs souhaitent de préférence acheter local et de qualité !

LMR demande que la transparence soit nécessaire sur le détail du prix producteur au prix consommateur. Les élus doivent s'appuyer sur les travaux sérieux de l'Observatoire de la formation des prix et des marges réalisés par FranceAgriMer. Ces travaux démontrent clairement que les agriculteurs vendent trop souvent à perte.

Il n'y a donc pas d'autre solution que de refonder une véritable politique agricole et alimentaire française et européenne en commençant par une politique de prix rémunérateurs pour les agriculteurs qui prennent en compte les coûts de production des charges et la rémunération du travail.

Pour LMR, la régulation des productions en fonction des différents marchés existants et la sortie du marché mondial doivent être les règles de bases pour assurer l'indispensable souveraineté alimentaire du pays !