Agriculture en Europe : la délocalisation est en marche !

L’étude du centre commun de recherche européen, sortie sans aucune promotion en plein été, fait couler de l’encre en cette rentrée. Elle prévoit que la stratégie “de la Ferme à la table” et le “plan biodiversité”, accompagnés de la nouvelle “Pac” conduisent à une baisse de production agricole européenne et à une hausse des importations !

L’objectif de l’Europe, rappelé par Emmanuel Macron à Marseille à l’occasion du forum international de la biodiversité, est la “sortie des pesticides” (en fait il s’agit de baisser l’usage des phytosanitaires de 50% d’ici 2030, de reculer de 20% l’usage des engrais, d’augmenter des surfaces “bio” à 25% de la SAU et d’atteindre 10% d’infrastructures écologiques). C’est une folie sans nom ! Un non-sens ! Cela reviendra à importer les produits qu’on interdit de produire en Europe et à augmenter les émissions de gaz à effet de serre ailleurs, pendant qu’on les diminue chez nous ! Le bilan global est évidemment très mauvais : l’atmosphère est le bien commun de l’humanité et ce qui est important c’est la comptabilisation des émissions, pas l’endroit d’où l’on émet !

L’Europe s’apprête à faire avec l’agriculture ce que la France a fait depuis 30 ans avec son industrie : la pousser ailleurs !

« Quel que soit le scénario envisagé, tous les secteurs connaîtront une diminution de leur production oscillant entre 5 et 15%, l’élevage étant le secteur le plus durement touché » souligne la Copa-Cogeca dans un communiqué.

Pour les scénarios “Nouvelle Pac” et “Pac avec plan de relance”, toutes les productions seraient en recul en volume à l’horizon 2030, les plus affectées étant les productions carnées avec un recul jusqu’à 15% pour la volaille, le porc et le bœuf. Le secteur laitier perdrait plus de 10% de production, les céréales environ 13%, les oléo protéagineux 12% et les fruits et légumes environ -7%. Cette baisse de production liée à une diminution des surfaces et des rendements s’accompagnerait d’une hausse des prix pour les agriculteurs, mais avec globalement une perte de revenus par exploitations, à l’exception notable des secteurs porcins et des fruits et légumes.

Et tout ça pour quoi ? Les politiques européennes pourraient réduire les émissions agricoles de gaz à effet de serre de plus de 28%, note l’étude. Mais ces baisses de production s’accompagneraient d’une hausse des importations et donc d’un report de ces émissions sur les pays tiers. L’étude pointe notamment une hausse des importations d’oléoprotéagineux, de fruits et légumes, de bœuf et dans une moindre mesure d’ovins !

Notons que la France importe déjà aujourd’hui 60% des fruits qu’elle consomme, 40% des légumes, 50% de la viande blanche, 25 % de la viande rouge et 75% des fleurs coupées ! Alors que tout le monde parle de “circuit court” de “relocalisation”, l’Europe s’apprête, avec toutes ces nouvelles normes, à délocaliser en masse et à perdre définitivement sa souveraineté alimentaire !

Comme à son habitude dans cette affaire, le Président de la République tient sur ce sujet un double discours (triple même- selon qu’il s’exprime devant des écologistes ou devant des agriculteurs. Selon qu’il donne la parole à Barbara Pompili ou à Julien Denormandie. C’est bien dommage, car le modèle agricole français est l’un des plus respectueux du monde, car il permet un équilibre entre la nécessaire protection de l’environnement et la bonne santé des consommateurs. Il s’appuie pour cela sur des entreprises familiales qui même lorsqu’elles atteignent un cheptel de “1000 vaches”, sont très très loin de l’agriculture industrielle. Elles sont le meilleur gage d’un développement durable.

C’est cet équilibre qu’il convient de préserver et cette agriculture qu’il faut développer. Pour cela il faut se retrousser les manches pour progresser encore vers l’excellence qui est la signature de la France agricole, celle qui mobilise les agriculteurs, au lieu d’agiter des poncifs et de multiplier les effets de manche.