Sapin de Noël à Bordeaux : quand l’écologie de salon se prend les pieds dans le tapis

Pierre Hurmic, le néo maire EELV de Bordeaux, vient de déclarer refuser le sapin de Noël sur sa commune argumentant d'une charte de l'arbre interdisant l'emploi d'un arbre mort.

Faut-il rappeler que la filière des sapins de Noël regroupe 1.000 emplois permanents et 5.000 emplois saisonniers ? 79% des Sapins de Noël proviennent de France et notamment du Morvan et de Bretagne, dont 80% sont recyclés écologiquement. En 2019, plus de 5.8 millions se sont vendus en France pour un chiffre d'affaires de 158 millions d’euros.

Pierre Hurmic par méconnaissance ou ignorance marque contre son propre camp écolo ! Les trois quarts des ventes sont des sapins nordmann ; résineux qui présentent moult avantages : peu consommateur d'eau, résistant à la canicule et gardant ses aiguilles bien plus longtemps qu'un épicéa. De plus, non seulement nos sapins de Noël sont recyclables, cultivés, renouvelés, protecteurs de l'environnement et de surcroît plaisent de plus en plus aux concitoyens qui délaissent un sapin "Made in China" en plastique polluant et bien moins séduisant que nos sapins naturels. En oublierait-il son double intérêt écologique puisque certaines communes landaises les récupèrent afin de stabiliser la dune, donc sans effet carbone puisqu’ils ne sont pas brûlés ?

Le Mouvement de la Ruralité s'étonne d'autant plus du silence assourdissant du maire écolo sur des agissements de la société VALOREM et de son patron, candidat aux élections européennes de 2019 sur la liste EELV. Ce promoteur éolien girondin, parmi d'autres, est probablement responsable de la mort de très nombreux arbres pour implanter des mâts d'éoliennes, érigés sur des tonnes de béton avec leurs pales géantes en fibre de verre ou de carbone non recyclable, des moteurs émettant des particules de terres rares responsables de contaminations auxquelles on peut  rajouter les dangers des champs électromagnétiques, bizarrement toujours proches de zones où l’on constate des problèmes de mortalités bovines et de cancer pédiatriques, à l'image de Sainte-Bazane en Loire-Atlantique...

LMR soutiendra TOUJOURS nos sylviculteurs et dénonce les dérives d'un maire écologiste voulant par sectarisme priver nos enfants de la magie de Noël.