CPNT apporte tout son soutien aux manifestations des éleveurs et des producteurs laitiers

CPNT - le Mouvement de la ruralité comprend la colère et la détresse des agriculteurs face aux ennemis de l’agriculture que sont l’Europe et les grands groupes transformateurs.
 
Notre agriculture va mal, car elle est l'otage des cartels agroalimentaires transnationaux qui font la loi, selon la politique néolibérale imposée par le Traité de Lisbonne. Otage également des canaux de la grande distribution. Stop aux intimidations et comportements abusifs, pratiques illégales… des centrales d’achat de la grande distribution qui profitent d’un rapport de force disproportionné dans leurs négociations avec les producteurs. La guerre des prix fait rage et les paysans se noient !
 
C'est la faillite générale de l'agriculture et de l'économie française suite aux mesures taxatives, administratives et excessives de notre gouvernement. Comment se fait-il que d'autres pays (moins agricoles) ne subissent pas cette crise ? La réponse est simple : ils n'ont pas de ministres écolos qui réglementent plus que nécessaire. Ils n'ont pas des taxes et cotisations sociales aussi élevées. Pour protéger notre environnement, pour assurer le maintien de nos territoires ruraux en vie, sauvons nos agriculteurs, éleveurs, producteurs de lait. L'agriculture, l’élevage c'est la France, elle a fait nos paysages.
 
À force de baisser les prix, les groupes agroalimentaires et la grande distribution, complice de ce système, risquent de faire disparaître les exploitations et de ne plus avoir de marchandises « originaires de France » à mettre sur ses rayons ! CPNT prône les circuits courts de distribution pour mettre la grande distribution sous pression ! Le meilleur exemple c’est notre agriculture d’AOC, vin, fromage , fruit, voire le bio, qui de fait maîtrise les volumes, pour défendre un terroir et un prix.
 
Une fois de plus le gouvernement et son ministre de l’Agriculture ont montré leur incompétence dans cette crise des agriculteurs, incapables de coordonner les différentes filières agricoles. CPNT s’interroge : faut-il conserver un ministère de l’agriculture puisqu’il n’a aucun pouvoir vis-à-vis de Bruxelles ?
 
Attention ça va mal finir et il n'y a que ce gouvernement pour ne pas voir les choses arriver... Pour CPNT ce n'est pas seulement l'agriculture qu'on assassine, c'est la France qu'on poignarde dans le dos !
 
Il faut défendre nos agriculteurs, sinon demain ils viendront grossir le flot des chômeurs et la France perdra son indépendance agricole.