LMR dénonce une OPA durable des marchands du vent sur les terres agricoles et sylvicoles

Le Mouvement de la Ruralité dénonce la politique pernicieuse des promoteurs éoliens.

Au travers de baux emphytéotiques (lire le contrat-type de NORDEX) et de leurs montants faramineux, on peut entrevoir une vaste gabegie d’argent publique et une mainmise durable sur les territoires ruraux. Avec des montants de près de 15.750 € par an et par éolienne de 4,5 MW on peut comprendre l’engouement des propriétaires terriens, des agriculteurs et autres sylviculteurs à vouloir signer.

Une manne financière colossale promise comme une forme de retraite durable suscitant l’appétence des laissés pour compte de la ruralité, prêts à sacrifier leur tranquillité, leurs paysages et leur santé et celles ces autres pour des juteux contrats.

Plus pernicieuses encore sont certaines closes inscrites dans ces baux, comme celui qui précise que le propriétaire en cas de vente de parcelles, devra réserver la préférence d’acquisition au maître d’ouvrage avec obligation en amont d’une intention de vente, d’informer le maître d’ouvrage de l’identité de l’acquéreur éventuel et du montant offert par lui. Des milliers d’hectares de terre et de forêts sont ainsi sanctuarisés pour 40 années aux éoliennes et aux marchands des énergies renouvelables.

Il est d’autant plus affligeant que toute cette bulle financière se fait sous l’égide du protocole national éolien signé entre la chambre d’agriculture, la FNSEA et le syndicat des énergies renouvelables visant à encadrer les contrats relatifs à l’implantation d’éoliennes en parcelles agricoles et mentionnés en ces termes dans le bail.

C’est bien connu, l’argent n’a pas d’odeur et le bon sens paysan s’évapore quand le vent de l’argent facile souffle et fait tourner les têtes autant que les éoliennes ! Cette situation explosera au grand jour et certains auront des comptes à rendre à la nation et aux populations !{jcomments on}