Électricité : L’Europe nous plume et le gouvernement nous prend pour des pigeons !

Actuellement en France, les prix de gros de l’électricité sur le marché spot atteignent des sommets colossaux à plus de 1.100 euros le mégawattheure (€/MWh), alors qu’ils oscillaient autour de 85 €/MWh il y a un an.

Aujourd’hui, la question se pose de répercuter le prix sur les consommateurs. Or, lorsque le prix spot était négatif, voire proche de zéro euro, l’État continuait, par ses engagements, à payer aux producteurs d’énergies renouvelables (ENR) le prix fort à plus de 85 €/MWh… alors qu’aucune déduction n’a jamais été répercutée vers les abonnés ! Les industriels des ENR en ont tiré d’énormes profits, mais aujourd’hui, certains d’entre eux comme Iberdrola ou Mint Energie poussent leurs clients français en fin de contrat à trouver un autre fournisseur pour éviter de fortes hausses de factures. Leurs belles paroles d’économies ne tiennent plus et ils quittent maintenant le navire : scandaleux !

EXXL’explosion des prix annoncée pour 2023 n’est que la conséquence des égarements stratégiques de nos différents gouvernements : l’abandon de notre souveraineté énergétique en cédant aux exigences dénuées de bon sens de l’Europe et notamment de l’Allemagne.

Pour satisfaire à l’écologie politique dans son engagement vers un mix électrique coûteux, inefficace et irrationnel, le pays plonge dans la précarité énergétique. La fermeture de la centrale de Fessenheim pour satisfaire l’arrivée de Nicolas Hulot au gouvernement - alors que tous les syndicats s’opposaient à cette fermeture - et l’arrêt programmé de 12 autres réacteurs, en sont des exemples. Il en va de même de la destruction de barrages hydroélectriques pour satisfaire aux exigences de l'écologie radicale et des directives européennes et du choix d'investir à fonds perdu dans les énergies intermittentes telles que les éoliennes au lieu d'entretenir nos centrales nucléaires.

Le Général de Gaulle n’aurait jamais vendu la souveraineté énergétique de la France ; aujourd’hui, les Français sont les dindons de la farce ! Désormais, l’obligation d’État conduit à la faillite programmée d’EDF qui, via l’ARENH (Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique), a pour obligation de céder à tous les fournisseurs alternatifs à prix dérisoire (85 €/MWh) plus d’un quart de sa production d’énergie (plafond rehaussé à 120 TWh pour l’année 2022), alors qu’actuellement les prix de gros sont à plus de 1000 €/MWh, le système européen de fixation du prix de l'électricité indexant artificiellement ce dernier sur le prix du gaz que la guerre en Ukraine fait considérablement grimper.

La situation énergétique et l’envolée des tarifs ne sont que la conséquence de l’irresponsabilité des écologistes et des politiques qui ont, comme Emmanuel Macron, sombré dans leur folie de décroissance et d’opposition au nucléaire.

Le Mouvement de la Ruralité refuse que les Français payent pour l’incompétence du gouvernement Macron et de ses choix énergétiques !r folie de décroissance et d’opposition au nucléaire.

Le Mouvement de la Ruralité refuse que les Français payent pour l’incompétence du gouvernement Macron et de ses choix énergétiques !