La France est à la traîne dans le processus de vaccination des Français. Nous étions en retard pour les masques, en retard pour les tests, sans surprise, nous sommes en retard pour les vaccins ! Quelques centaines de Français vaccinés à ce jour quand ils sont des milliers, des dizaines de milliers, voire des millions dans les autres pays !

Il y a en France autant de ministres de la Santé que d'Agence régionale de Santé. L'État est partout, et au fond, l'État n'est nulle part. Lorsque le Président décrète, l'administration ne suit pas. Il n'y a plus de chef. La confiance est rompue. L'autorité a été diluée dans les mensonges, les omissions et les faux semblants. Dernière en date : le gouvernement tourne le dos aux corps intermédiaires pour demander à une assemblée citoyenne, tirée au sort, son avis sur la vaccination ! Il ne manquait plus que cela !

N'y a-t-il pas assez d'experts dans notre administration ? Il semble que non à en juger par les dernières décisions prises ...

S’il y a bien un domaine où l'on attend l'efficacité d'un gouvernement, c'est celui de la logistique. Les vaccins sont livrés dans des ampoules qui, une fois diluées, contiennent 5 doses de vaccin. Or, le vaccin doit être administré en 2 injections de 0,3 ml à trois semaines d’intervalles. Pour être efficace, il faut donc travailler en centre de vaccination, à la chaîne, comme en Allemagne, ou en France au moment de la grippe H1N1, et non pas, comme le préconise le gouvernement, en tête à tête avec son médecin généraliste ! Il doit offrir à tous les Français la possibilité de se faire vacciner rapidement ; libre à chacun de le faire ou pas, là n’est pas la question !

Au lieu de ça, le gouvernement français a fait le choix d'une procédure administrative très lourde préalable à la vaccination. C'est, semble-t-il, le seul pays au monde qui demande au patient de signer un acte administratif de consentement avant la vaccination. Ce processus ne fait qu'alourdir un peu plus le processus de vaccination des Français.

L'exécutif a malheureusement totalement perdu le sens des réalités. Il est urgent que le bon sens, cher au Mouvement de la ruralité, reprenne toute sa place dans notre gouvernement !

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

La crise du Covid-19 doit changer notre façon de voir demain, elle doit recréer des solidarités et une vraie politique au service des territoires et de la proximité.

Le Mouvement de la ruralité ne souhaite pas que le soutien aux soignants se limite uniquement aux applaudissements du soir à 20 heures et à une prime de 500 euros à 1500 euros selon les régions en guise de remerciement ! Le gouvernement doit désormais tenir compte des personnels soignants qui tiennent à bout de bras l’Hôpital, les EHPAD et les structures d’aides aux personnes à domicile.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Dans le cadre du COVID-19, le Mouvement de la Ruralité (LMR) saisi par des syndicats d’artisans taxis, notamment de Charente-Maritime, demande une réactivité des autorités pour permettre aux artisans taxis d’acquérir d’indispensables masques de protection.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)